Nantes : "Allo l'artiste ?" une lecture de textes théâtraux par téléphone pour le festival Petits et Grands

Impossible pour le festival "Petits et Grands" de se tenir normalement dans différentes salles de l'agglomération nantaise en raison de la crise sanitaire. Les organisateurs ont eu recours au bon vieux téléphone pour que les familles puissent quand  même avoir leur part de rêve théâtral à domicile.

Les lectures téléphonées ont été victimes de leur succès: la centaine de créneaux disponibles a été réservée en quelques heures
Les lectures téléphonées ont été victimes de leur succès: la centaine de créneaux disponibles a été réservée en quelques heures © Vincent Calcagni

"Allô, bonjour, je dois lire une pièce de théâtre pour deux petites filles!".

15h30,  c'est Marion, la maman qui décroche le téléphone ce mercredi 14 avril et ce n'est pas un poisson... 

Nous sommes chez une famille nantaise qui s'est inscrite pour les lectures téléphonées organisées par le festival "Petits et Grands"

Autour de la table du salon baigné de lumiére, Nina 7 ans et Zoé, 9 ans, sont entourées par leurs deux parents.

Le téléphone portable est posé au milieu des 4 spectateurs.

A l'autre bout du fil,  la comédienne Laurence Huby commence sa lecture.

durée de la vidéo: 01 min 16
"Allô l’artiste ?" une lecture téléphonée de "Clémence cavale" pour le Festival Petits et Grands

Ce texte inédit intitulé "Clémence Cavale" de Haïla Hessou parle d'un sujet un peu compliqué pour les enfants, celui du harcélement sexuel" commente la comédienne nantaise.

 

"Une petite loupe qu'on met sur une réalité"

"Ce sont les sujets abordés par les auteurs" continue-t-elle, "il y a plusieurs thématiques qui reviennent beaucoup chez les auteurs contemporains pour le jeune public, comme le harcèlement scolaire ou sexuel,sur les différences, ou encore sur les migrants".

"C'est une petite loupe qu'on met sur une réalité de manière plus ludique et poétique" termine la comédienne.

Laurence Huby fait partie des six lectrices et lecteurs chevronnés selectionnés par le festival pour ces lectures.

C'est sous la houlette du Théâtre du Rictus de Laurent Maindon que la sélection des tetxes s'est faite.

Suite à une prise d'un rendez-vous, la famille reçoit le coup de fil d'un comédien.

Pendant 15 minutes, il lit un texte adapté en fonction de la composition de la famille et de l'âge du ou des enfants.

"Chaque comédien a en charge trois textes" détaille Laurent Maidon, "j'ai tenu à faire un choix d'auteurs parmi les plus récents, pour certains dont les écrits sont même inédits".

Un franc succés pour le festival: "Il y a une centaine de lectures de ce type qui ont été proposées au public, et elles ont été réservées en quelques heures", souligne Nicolas Marc, le co-directeur de "Petits et Grands".

"On a été inspirés par des initiatives qui sont nées pendant le premier confinement", précise Nicolas Marc, "et notamment le Théâtre de la Colline et le Théâtre de la Ville à Paris ont organisé des lectures téléphonées".

Pour la comédienne Laurence Huby, l'expérience est nouvelle et satisfaisante: "je fais pas mal de doublages et c'est exactement la même chose".

Côté plus négatif, l'impression d'être véritablement seule en scène est là, avoue la comédienne: "on n'entend pas les réactions en face, comme lors d'une conversation classique au téléphone en fait".

De l'autre côté du téléphone les spectateurs semblent comblés, en témoignent les applaudissements à la fin de la pièce téléphonée.

Comme dans un "vrai" spectacle, applaudissements de rigueur à la fin de la réprésentation
Comme dans un "vrai" spectacle, applaudissements de rigueur à la fin de la réprésentation © Vincent Calcagni


"Ça m'a plu et j'ai bien aimé le loup comme il parlait"

Marion, la maman, qui travaille dans le domaine de la culture, apprécie le travail de la comédienne : "Elle travaille vraiment bien ses personnages, avec une voix pour chacun : la girafe, la petite fille et le loup".

Zoé, du haut de ses 9 ans, renchérit : "ça m'a plu et j'ai bien aimé le loup comme il parlait".

Pascal, le papa également habitué du mileu culturel en tant que professionnel, tente :  "c'est comme les histoires du soir alors?" .

La réponse de Zoé, 7 ans, fuse : "oui c'est comme les histoires du soir... sauf le ton !"

Sourires autour de la table et Pascal de conclure en connaisseur : "le téléphone ça fonctionne grâce à l'imagination".

"Ça montre qu'on a tendance à considérer le théâtre comme une mise en scène mais c'est surtout une histoire d'acteurs, une histoire tout court même".

Tous les quatre ont volontaires pour recommencer l'expérience lors de la prochaine édition du festival.

Trop tôt encore pour dire ce que sera l'affiche du prochain "Petits et Grands", en 2023 (le festival se déroule tous les deux ans, NDLR).

Seule certitude, au vu des incertitudes et du contenu raccourci du festival du jeune public, "Petits et Grands" fétera ses dix ans , non pas cette année comme prévu, mais lors de ses 12 ans.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture confinement : envie d'évasion santé société