Nantes : les derniers instants de la sonde Cassini

Ils ont suivi le direct de la Nasa dans un amphi de l'université de Nantes, pour vivre le plongeon de la sonde Cassini dans l'atmosphère de Saturne / © France 3 Pays de la Loire
Ils ont suivi le direct de la Nasa dans un amphi de l'université de Nantes, pour vivre le plongeon de la sonde Cassini dans l'atmosphère de Saturne / © France 3 Pays de la Loire

Les passionnés d'astronomie ont suivi en direct les derniers instants de la sonde Cassini. A Nantes, le laboratoire de planétologie traitait depuis 13 ans les images qu'envoyait la NASA.

Par Eleonore Duplay

Un signal, matérialisé sous forme d'une onde verte, qui s'éteint. A 13h56, une cinquantaine de spectateurs nantais ont vécu en direct les derniers instants de la sonde Cassini. L'engin a comme prévu plongé dans l'atmosphère de Saturne, où il s'est entièrement désintégré, fin d'une mission exceptionnelle, qui en 13 ans, a bouleversé la planétologie.

► La Nasa avait modélisé la désintégration de Cassini


Une aventure qu'ont suivi de très près les scientifiques du laboratoire nantais de planétologie et géodynamique, qui recevaient pour les analyser, les images de Titan, et d'Encelade, deux des lunes de Saturne. Aux premières loges pour observer les mers de méthane liquide à la surface de Titan, et le vaste océan qui se cachait sous la surface glacée d'Encelade, trahi par les panaches de fumée qu'envoyaient ses geysers. Une découverte qui a changé l'approche des scientifiques concernant la recherche d'une vie extraterrestre. 

Encore plusieurs années pour analyser les dernières données 


Si la mission de Cassini est terminée, celle des chercheurs se poursuivra pendant plusieurs années. En effet, une dizaine d'instruments de mesure ont fonctionné jusqu'au tout dernier moment, transmettant des données pendant toute la descente dans l'atmosphère de Saturne. Cela pourrait aider à comprendre la formation, et l'évolution de la géante gazeuse.
Jeudi, d'autres instruments avaient effectué des observations des aurores boréales
et des tourbillons aux pôles de Saturne.

Du travail, donc, en perspective pour le laboratoire nantais de planétologie et géodynamique, qui avait également, en 2015, participé à la découverte d'eau liquide sur la planète Mars.

►A voir aussi, notre reportage de 2005, sur le travail des chercheurs du laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes
2005 : un laboratoire nantais analyse les images de la sonde Cassini
Le laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes travaille avec la Nasa pour analyser les images des lunes de Saturne - France 3 Pays de la Loire - Jean-Marc Lalier, Luc Prisset

►Notre reportage au laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes .
 

 

Sur le même sujet

La CPAM du Maine-et-loire accentue les contrôles

Près de chez vous

Les + Lus