Nantes : des riverains s'opposent à l'installation d'une antenne relais Bouygues dans la campagne d'Orvault

Des habitants d'Orvault se mobilisent contre l'installation imminente d'une antenne Bouygues 4G - 5G à terme - de 26 mètres de hauteur, dans la campagne, à la sortie de la ville. 

Ces habitants d'Orvault ont découvert un panneau permis de construire d'une antenne relais Bouygues mi-juin 2021.
Ces habitants d'Orvault ont découvert un panneau permis de construire d'une antenne relais Bouygues mi-juin 2021. © Vincent Calcagni, France Télévisions

“On se promenait mi-juin, lorsqu’on a vu un panneau de permis de construire d’un pylône de 26 mètres de hauteur à quelques mètres de notre maison. On était stupéfaits”, raconte Aurélie Moreau, qui habite chemin des Poiriers à Orvault près de Nantes, avec son mari et ses enfants. 

Bouygues Telecom a effectivement obtenu l’autorisation d’installer une antenne relais 4G à l’angle du chemin des poiriers et de la route départementale 42 à Orvault. 


C’est l’étonnement qui a d’abord gagné le couple : “pourquoi coller une antenne de cette taille dans un endroit préservé et magnifique ? Nous habitons en pleine zone agricole, sur un chemin de grande randonnée menant à la Vallée du Cens. C’est tout de même dommage pour le patrimoine local et environnemental….” 

Une implantation légale 

La zone d'implantation respecte toutefois le Plan local d’urbanisme (PLU). Tristan Bonamy, responsable des relations territoriales de Bouygues ajoute que l'opérateur “a pris soin de choisir un lieu à proximité des arbres pour que la base du pylône soit en partie cachée”. L’antenne se situera sur un terrain agricole privé, en échange d’un loyer. 

Chemin des poiriers à Orvault
Chemin des poiriers à Orvault © Vincent Calcagni, France Télévisions

Quelle utilité ?

Les riverains s’interrogent quant à l’intérêt de cette installation : “personne ne semble se plaindre de la couverture 4G, nous captons très bien, nous n’avons eu aucun souci durant confinement”. Nos journalistes se sont rendus sur place et ont, eux aussi, constaté un réseau correct. Bouygues déclare de son côté vouloir “améliorer la couverture mobile à l’intérieur des maisons et la capacité de débit des relais existants. La consommation de débit des usagers de téléphonie augmente sans cesse, chaque année”. 

Ce projet d'antenne située “trop proche des habitations” a aussi suscité des inquiétudes concernant les conséquences des ondes sur la santé. A ce sujet, la mairie déclare avoir demandé à ce que des mesures d’ondes soient réalisées avant la mise en place de l'antenne afin de pouvoir comparer avec celles qui seront prises après.

“Sois le changement que tu veux voir demain”

Aurélie Moreau, son mari et trois autres voisins se mobilisent pour lutter, coûte que coûte, contre cette installation : “de nombreux joggers, cyclistes et randonneurs se promènent régulièrement par ici, nous les interpelleront ce week-end”. Le groupement d’habitants, qui s’apprête à créer un collectif nommé “Sois le changement que tu veux voir demain”, référence ironique à une citation de Ghandi présente sur le site web de la mairie d’Orvault, a également accroché un ballon d’hélium pour matérialiser les 26 mètres de hauteurs de l’antenne. 

Des membres du futur collectif "Sois le changement que tu veux voir demain" matérialisent la hauteur de 26 mètres de l'antenne relais qui doit être implantée près de chez eux à l'aide d'un ballon d'hélium.
Des membres du futur collectif "Sois le changement que tu veux voir demain" matérialisent la hauteur de 26 mètres de l'antenne relais qui doit être implantée près de chez eux à l'aide d'un ballon d'hélium. © Juliette Poirier, France Télévisions

“On n’est pas contre la technologie mais personne ne nous a concertés, regrette-t-elle. Ni Bouygues, ni la mairie qui se dit écologiste. On nous a mis devant le fait accompli.” 

Plus de 100 nouvelles antennes dans la métropole de Nantes, dont 2 à Orvault 

Et pourtant ce projet ne date pas d’hier. “Cette implantation fait partie d’un vaste projet lancé en 2019 de déploiement d’une centaine de nouvelles antennes sur la métropole nantaise dont 2 à Orvault : chemin des Poiriers et impasse Moque-souris, nous a assuré Tristan Bonamy de Bouygues. Nous avons déposé un dossier d’information à la mairie à Orvault le 19 mars 2021. La déclaration de travaux a été acceptée 31 mai 2021." 

En effet, la mairie et Bouygues ont travaillé de concert pour trouver les zones d’implantation. 

Mais le maire divers gauche d’Orvault, Jean-Sébastien Guitton, qui ne peut pas s’opposer à la demande de permis de construire dans la mesure où elle respecte les règles d’urbanisme, affirme que “quand il y a des projets privés, la mairie n’a pas la possibilité de communiquer sur les dossiers tant qu'ils en sont au stade de l’instruction”. 

Le dossier de présentation du projet d'installation d'une antenne relais à Orvault, au croisement entre le chemin des poiriers et la route départementale 42.
Le dossier de présentation du projet d'installation d'une antenne relais à Orvault, au croisement entre le chemin des poiriers et la route départementale 42. © Vincent Calcagni

La mairie limitée dans ses actions 

Il souligne avoir fait tout son possible pour retarder l'implantation afin de trouver des solutions alternatives : “On a demandé à faire implanter l’antenne plus loin ou sur des pylônes mutualisés avec d’autres opérateurs. Il est apparu que ce n’était pas possible car ça ne permettait pas de couvrir suffisamment le bourg d’Orvault. Et il y a des demandes des clients de cet opérateurs qui souhaitent avoir un réseau satisfaisant.” 

“Des adaptations sont encore possibles” 

Le maire d’Orvault invite les habitants opposés au projet à participer à la “phase de concertation” - une réunion entre l’opérateur, la mairie et les riverains aura lieu le 2 juillet à 14h à la mairie - : “des adaptations sont encore possibles, rien n’est encore construit”, prône-t-il. Les habitants et leur avocat assurent, quant à eux, qu’il est déjà trop tard pour déposer un recours suspensif. 

Bouygues affirme de son côté que les travaux devraient débuter à l’automne avec une mise en service 4G fin 2021. L’opérateur assume vouloir passer à la 5G dès début 2022 sur les deux nouvelles antennes d’Orvault. Aucune demande d’autorisation ne lui sera nécessaire. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
téléphonie économie technologies société environnement santé