Nantes-Paris : les “navetteurs” toujours plus nombreux 30 ans après le lancement du TGV Atlantique

Sébastien Morvan fait partie des 2 300 habitués du TGV Atlantique qui vivent à Nantes et travaillent à Paris. / © Antoine Ropert France Télévisions
Sébastien Morvan fait partie des 2 300 habitués du TGV Atlantique qui vivent à Nantes et travaillent à Paris. / © Antoine Ropert France Télévisions

Avec en moyenne 2h15 de trajet, la liaison TGV Paris-Nantes attire de plus en plus de professionnels. Les "navetteurs" trouvent à Paris des postes qualifiés et à  Nantes une meilleure qualité de vie.

Par Christophe Amouriaux avec Auberie Perraut

Ils vivent à Nantes et travaillent à Paris. Ils font la navette entre les deux villes. On les appelle les "navetteurs". Le trajet peut être quotidien pour certains, hebdomadaire pour d'autres. On estime que plus de 2300 Nantais travaillent à Paris. Un phénomène en augmentation : + 42% en 10 ans.
 

Nantes-Paris en TGV avec Sébastien

"Le plus dur c'est de se lever, puis après on embraye. Quand on le fait régulièrement, c'est un rythme à prendre". Il est tout juste 6 heures matin à la gare de Nantes. Et le hall est déjà pris d'assaut par les premiers voyageurs en direction de Paris. Sébastien Morvan fait partie de ces voyageurs qui se lèvent très tôt. Cet ingénieur habite à Nantes et travaille à Paris. "L'employeur y trouve son compte, la famille y trouve son compte, moi j'y trouve mon compte. Même si cela représente quelques inconvénients".

8h50 : Sébastien Morvan arrive en gare Montparnasse et doit encore prendre le métro. Au total, plus de 3 heures de transports ce matin. C'est le prix à payer pour un poste dans ses compétences et un salaire plus élevé.
 

A bord, à chacun son activité 

© Antoine Ropert France Télévisions
© Antoine Ropert France Télévisions
 

Une fois à bord, il y a ceux qui font une pause lecture ou une pause tout court. Il y a ceux aussi qui ont déjà la tête au travail. Exemple avec Guillaume Constant, directeur financier. Pour lui,  la journée commence dans le TGV. "Je profite de mon temps de transport dans le train pour travailler sur des dossiers de fond, de réflexion. Pas dérangé, je suis tranquille. A Paris, je suis 100% à mes équipes."


► Le reportage de la rédaction :

 

Peut-on gagner du temps sur la ligne Nantes-Paris ?

"Aujourd'hui, les trains circulent à 300km/h entre Paris et Sablé-sur-Sarthe, et à 220 km/h entre Sablé et Nantes". Après ce rappel, Christophe Huau, le directeur territorial Bretagne/Pays de la Loire pour SNCF Réseau se montre très prudent sur une éventuelle accélération des trajets entre Nantes et Paris qui sont de 2h03 pour les plus rapides.
"On a dans nos réflexions des projets pour améliorer encore le temps de parcours. Ce sont des projets de long terme qui passeront le cas échéant par la construction nouvelle ligne à grande vitesse. Mais ce sont des réflexions qui sont très préliminaires. On raisonne à 20 ou 30 ans."
Une étude pour une 3e voie entre Angers et Nantes avait été menée en 2012. Mais elle avait conclu que c'était très compliqué pour des raisons environnementales du fait de la proximité de la Loire.
 

Sur le même sujet

Chasse : les sangliers de la discorde

Les + Lus