Sécurité au Hangar à bananes à Nantes : Johanna Rolland va rencontrer les signataires de la pétition

Le Hangar à bananes à Nantes est-il devenu une zone de non-droit ? / © CC ADEUPa Brest Flickr
Le Hangar à bananes à Nantes est-il devenu une zone de non-droit ? / © CC ADEUPa Brest Flickr

La maire de Nantes Johanna Rolland souhaite rencontrer les trois étudiantes à l'origine de la pétition "Stop à l'insécurité critique au Hangar à Nantes". Lancée  le 25 octobre dernier, cette pétition compte à ce jour plus de 15 000 signataires.

Par Fabienne Béranger

Dans leur pétition,  Lucie Domaigné, Pauline Fransousky, Chloé Lalleron demandent à la maire de Nantes "de prendre les dispositions nécessaires pour garantir un minimum de sécurité dans notre ville, dans votre ville, en ayant une attention particulière pour le Hangar devenu une zone de non droit".
Les trois étudiantes assurent que "cette pétition donne l'occasion de délier les langues, afin de mettre les autorités au pied du mur".
L'appel a été entendu par la municipalité, puisque Johanna Rolland a prévu de rencontrer les trois jeunes femmes.
Dans un communiqué, la mairie rappelle que le Hangar à bananes, depuis son lancement il y a 10 ans, "accueille jeunes et moins jeunes pour des moments festifs et conviviaux. Dès son ouverture, sa fréquentation en hausse constante a nécessité la mobilisation d’importants moyens pour sécuriser ce nouveau lieu de vie nantais."

La mairie de Nantes rappelle ainsi qu'elle "travaille notamment sur la prévention des risques d'hyper-alcoolisation en mobilisant des
veilleurs de soirée, sur la sécurité en aménageant l'espace public",
améliorant notamment l’éclairage public et installant des gardes-corps le long de la Loire, "en renforçant son offre de transports de nuit" avec les bus de nuit Luciole.
La ville rappelle également son projet de déployer la vidéoprotection "y compris sur le secteur du Hangar à Bananes".

Johanna Rolland a prévu de rencontrer dans les prochains jours des représentants des signataires de la pétition lancée le 25 octobre dernier. A cette occasion, "toute solution susceptible d’améliorer la situation sera naturellement étudiée, en partenariat avec
les différents acteurs concernés."




Sur le même sujet

Un bébé, un livre : lutter contre l'illétrisme dés la maternité

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne