Une centrale nucléaire à Cordemais, le souhait de la présidente de la Région Pays de la Loire

Publié le
Écrit par Olivier Quentin
La centrale thermique de Cordemais fonctionne actuellement au charbon.
La centrale thermique de Cordemais fonctionne actuellement au charbon. © France 3 Pays de la Loire. Christophe François

L'annonce a été faite en fin de séance ce vendredi, Christelle Morançais, présidente de la Région Pays de la Loire, a pris des contacts avec le PDG d'EDF pour étudier la faisabilité d'une centrale nucléaire sur le site de l'actuelle centrale électrique de Cordemais.

Sans mauvais jeu de mot, l'annonce a fait l'effet d'une petite bombe dans l'hémicycle de la Région. 

Dans une déclaration faite ce vendredi matin, en fin de séance budgétaire, Christelle Morançais, la présidente LR, a annoncé son intention d'étudier la faisabilité d'implanter une centrale nucléaire à Cordemais, à l'ouest de Nantes. 

C'est sur le site de l'actuelle centrale électrique (qui fonctionne au charbon) que le projet verrait le jour si cette intention se concrétise.

"Le nucléaire est une énergie propre"

Dans un communiqué, Christelle Morançais explique que : "La Région veut s’inscrire pleinement dans la dynamique « France 2030 » et contribuer à offrir au site de Cordemais un avenir utile pour l’emploi et le savoir-faire industriels, utile pour le territoire, mais aussi, et surtout, utile pour notre environnement. Le nucléaire est une énergie propre, très peu émettrice de gaz à effet de serre, qui doit nous permettre, en complément du développement des énergies renouvelables, de soutenir de façon durable le dynamisme économique de notre région ".

Appelée à fermer du fait de l'abandon du charbon, la centrale électrique de Cordemais aurait pu être sauvée par une reconversion. Le projet dit "Ecocombust" aurait consisté à produire de l'électricité en brûlant de la biomasse (déchets organiques), mais il a été récemment abandonné, laissant le site et ses salariés dans le brouillard quant à leur avenir.

Même si elle utilise le qualificatif de "petite" pour cette centrale qu'elle appelle de ses vœux, la présidente de la Région des Pays de la Loire ne pouvait imaginer que cette annonce serait accueillie sereinement dans un département qui s'est battu dans les années 70 contre un tel projet sur le site du Carnet, non loin de là, côté sud de la Loire. Le projet avait été stoppé en 1981 avec l'arrivée de François Mitterrand à la Présidence de la République.

Un courrier au Président de la République

La présidente de la Région Pays de la Loire réagit en fait aujourd'hui à une annonce d'Emmanuel Macron il y a 10 jours dans son plan d'investissement "France 2030" de "développer des réacteurs nucléaires de petite taille innovants avec une meilleure gestion des déchets."

Dans un courrier envoyé ce vendredi au président de la République, Christelle Morançais propose la candidature de la Région pour accueillir un SMR, Small Modular Reactor.

"Il existe, écrit-elle, à Cordemais et plus globalement dans le département, une expertise, un savoir-faire et une culture industriels qui ne doivent pas disparaître. Aussi souhaiterais-je vous proposer, comme je l'ai déjà proposé au président d'EDF que l'implantation d'une SMR fasse l'objet d'une étude sur le site de Cordemais."

"C'est une folie"

La déclaration de Christelle Morançais a soulevé un tollé dans l'opposition.

A gauche, le groupe Printemps des Pays de Loire renouvelle son soutien au projet Ecocombust et demande à l'Etat de revenir sur sa décision d'abandon. "La proposition de SMR (petits réacteurs modulaires, NDLR) par Emmanuel Macron, déclarent les élus de ce groupe, est une proposition de sa campagne, qu’il a déjà engagée. Il est étonnant que Christelle Morançais s’y engouffre, sans un débat sérieux au préalable sur la politique énergétique régionale."

Chez les écologistes : "Les élu.e.s du groupe L’écologie ensemble au Conseil régional des Pays de la Loire, s'opposent fermement à un tel projet. L'avenir de Cordemais doit s'écrire sans charbon ni nucléaire, comme un site pilote de la transition énergétique autour des énergies renouvelables !" ont-il fait savoir dans un communiqué.

"C'est une folie que nous dénonçons, ont déclaré de leur côté les élus régionaux de la France Insoumise. Ni charbon ni nucléaire, il faut aller vers 100% renouvelables comme le propose le scenario Negawatt et faire de Cordemais un pôle pilote de la transition énergétique par exemple autour du projet Ecocombust."

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.