Vair-sur-Loire, près d'Ancenis : les douves du château endommagées par la tempête

Les douves du château de Vair près d'Ancenis se sont effondrées pendant la tempête Amélie. / © Château de Vair
Les douves du château de Vair près d'Ancenis se sont effondrées pendant la tempête Amélie. / © Château de Vair

Situé à Vair-sur-Loire près d'Ancenis à la limite de la Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, le château de Vair date du XVème siècle pour ses parties les plus anciennes. Lors de la tempête Amélie, ce week-end, les douves, fragilisées par les importantes précipitations, se sont effondrées.

Par Olivier Quentin

Les murets de pierres qui rigidifient les berges des douves n'ont pas résisté. Ils se sont effondrés sur quinze mètres et les propriétaires des lieux craignent que cela s'aggrave.

"On avait rescellé des pierres il y a quatre ans se désole Daphnée Allizon. On avait restauré le haut du mur."

Les douves font vingt mètres de long sur quatre mètres de profondeur.
 

"Les douves n'ont pas résisté"

Les fortes pluies de ces jours derniers ont commencé le travail de sape qui s'est conclu dans la nuit de samedi à dimanche.

"La terre qui était très sèche pendant tout l'été s'est gorgée d'eau, raconte Daphnée, et ça a fait une poussée sur les pierres des douves qui n'ont pas résisté."

Ce sont des clients du château qui ont alerté les propriétaires. Le site accueillait comme souvent un mariage ce week-end. Les mariés et des invités dormaient sur place et notamment dans la tour ronde du pigeonnier.

 

Un énorme coup de vent 

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3h, ils ont entendu un énorme coup de vent qui a ouvert plusieurs portes. 

Au matin, ils ont constaté les dégâts dans les douves et ont alerté Baudouin et Dapnhée Allizon qui ne s'en étaient pas encore rendus compte.
Deux mètres de mur ont été emportés mais six mètres pourraient être impactés par cet effondrement. / © Daphnée Allizon Château de Vair
Deux mètres de mur ont été emportés mais six mètres pourraient être impactés par cet effondrement. / © Daphnée Allizon Château de Vair
La restauration va être longue et coûteuse.

"Il faut vider les douves, explique Daphnée Allizon. Il va falloir étayer, remonter les murs, c'est un travail colossal. On est obligé de passer par des artisans spécialisés."

Une estimation sera faite dans la semaine et la Direction Régionale des Affaires Culturelles sera sollicitée pour aider au financement.

Le couple propriétaire va lancer une campagne de financement privé. Comme cela a déjà été fait via la Fondation du Patrimoine pour restaurer les vitraux.
 
Baudouin et Daphnée Allizon devant le château de Vair dont il sont propriétaires. / © France Télévisions Alexandre Hébert
Baudouin et Daphnée Allizon devant le château de Vair dont il sont propriétaires. / © France Télévisions Alexandre Hébert
 

"C'était un projet de vie"

Daphnée et Baudouin Allizon ont racheté le Château de Vair il y a huit ans. 

"Mes parents habitent par là, raconte Daphnée, on passait souvent devant, on est tombé amoureux. C'était un projet de vie."

Le couple a vendu sa maison en région parisienne pour acheter ce qui était une ruine. Quelques emprunts plus tard, le Château de Vair a été restauré et reçoit une soixantaine de mariages et divers événements chaque année. Ce qui lui permet de vivre.

Rares sont les châteaux qui ont encore des douves en eaux, d'où l'intérêt pour ce patrimoine local d'être restauré.

Le château de Vaire patrimoine protégé

C'est un arrêté du 30 décembre 1980 qui classe le Château du Plessis-de-Vaire comme immeuble protégé au titre des monuments Historiques.
Les façades et toitures du XVIIème siècle, les deux tours rondes, les ruines de l'orangerie, les écuries, les communs, les deux pavillons d'entrée.

Les douves ont quand à elle été protégées par un arrêté du 20 octobre 2003.

Sur le même sujet

Les + Lus