Angers : la démolition de la barre de l'Europe à Monplaisir, nouvelle étape de la rénovation urbaine

L’emblématique barre de l’Europe dans le quartier Monplaisir à Angers ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Symbole des constructions HLM des années 60, sa démolition sera achevée au cours de l’été, pour laisser place à un nouveau projet urbain.
Démolition de la barre de l'Europe, quartier Monplaisir à Angers, le 17 juin 2020
Démolition de la barre de l'Europe, quartier Monplaisir à Angers, le 17 juin 2020 © Eric Aubron/France Télévisions

"Elle était là depuis 50 ans, même si on ne la voyait plus", confie un habitant du quartier Monplaisir au nord d’Angers, tandis qu’une énorme pince commence à grignoter le bâtiment en béton, point d’orgue de sa déconstruction entamée en décembre 2019.

"C’est bien de moderniser le quartier, il y en a besoin", commente une passante. Construite en 1966, la barre de l’Europe, un immeuble de 10 étages, avait mal vieilli comme la majorité de ces grands ensembles HLM sortis de terre dans les années 60.

Le relogement des 62 familles qui occupaient l’immeuble s’est étalé sur une période de deux ans. Les derniers occupants sont partis en octobre 2018. "Cela faisait longtemps qu’on en entendait parler", explique Gérard Ledoux, résident de l’immeuble pendant 36 ans, relogé selon ses souhaits.

"Certaines personnes étaient agacées en raison du climat d’insécurité qui grandissait sur le site", confirme Véronique Lardeux, responsable habitat et vie sociale Podeliha, en charge du relogement des familles.

"Pour d’autres locataires, un temps a été nécessaire pour qu’ils s’approprient ce projet et parviennent à se projeter dans un ailleurs qui était souvent inconnu lors des premières rencontres. Il était nécessaire d’identifier ce qui était important pour chacun", précise-t-elle.

Un nouveau projet urbain

Le quartier Monplaisir compte 60% de logements sociaux, un record à Angers. Cette opération de rénovation urbaine au long cours va durer jusqu'en 2026. Elle doit permettre de désenclaver l'espace et de favoriser la mixité sociale, avec un objectif de 50% de logements sociaux. D'ici 2021, le porche Lyautey et les tours Gallieni, autres immeubles du quartier seront également détruits. 

Mais les efforts ne porteront pas que sur le bâti. "On va aussi travailler sur la problématique de l’emploi. On va mener une action très énergique contre le chômage", souligne Francis Guiteau, adjoint à la ville d’Angers, en charge de la rénovation urbaine.

La place de l’Europe, cœur du quartier Monplaisir sera totalement restructurée pour accueillir le terminus de la future ligne de métro, prévu en 2023. Un nouveau centre commercial sera également construit, ainsi qu’un pôle santé. Quant à la barre de l'Europe, elle laissera place à une allée piétonne.

Le coût de la rénovation des deux quartiers de Monplaisir et Belle-Beille est estimé à 500 millions € d'investissements, financé par Angers Métropole et les bailleurs sociaux.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société