Assassinat de Samuel Paty : "On ne tolère pas du tout ça", les réactions de la communauté musulmane à Angers

Comment la communauté musulmane vit-elle l'assassinat de Samuel Paty, le professeur d'histoire, décapité vendredi 16 octobre dans les Yvelines. Un acte terrible, perpétré par un terroriste qui se réclamait soi-disant de cette religion ?

 

Prière à la mosquée d'Angers, le 19 octobre 2020
Prière à la mosquée d'Angers, le 19 octobre 2020 © France Televisions
Une nouvelle fois, leur religion est associée à un acte de barbarie. Musulmans, mais aussi Français, ils ont été touchés par l'assassinat de Samuel Paty.

Ils condamnent unanimement cette attaque.

"Cette personne là n'a pas tué dans le but de l'islam. l'islam c'est une religion de paix et d'amour. On ne tolère pas du tout ça", dit l'un d'eux.

"Les caricatures de Charlie Hebdo, ça peut être choquant. Après ils ont déjà fait ça avec les autres religions, c'est choquant mais il n'y a pas à faire ça non plus", estime un autre.

"Nous, ce qu'on a appris dans l'islam, il n'y a pas de violence, que ce soit un Musulman, un Juif, un Chrétien. Tout le monde va être uni", dit un troisième.  

"Responsables d'afficher et d'affirmer notre appartenance républicaine"

Faire bloc et s'opposer à la haine, c'est aussi le message porté par les instances représentatives de la religion.

"La personne qui a fait ça, pour nous, n'est pas reconnue par notre communauté musulmane. C'est un barbare, c'est un tueur", dit Mimoun Bouhaoui, président du CRCM des Pays de la Loire.

Des condamnations mais aussi une certaine lassitude de la communauté musulmane.

"Est-ce qu'on demande aux Chrétiens de réagir aux massacres qui sont perpétrés en Afrique par des milices chrétiennes qui les représentent elles-même ?", s'interroge Christian Jean, aumônier musulman, "les Musulmans ne sont pas responsables. Nous ne sommes pas coupables. mais nous sommes par contre responsables d'afficher et d'affirmer notre appartenance républicaine."

Une appartenance républicaine qui sera affichée, mercredi lors de l'hommage national rendu à Samuel Paty.

Vendredi, un prêche unique sera prononcé dans toutes les mosquées de la région.

> Le reportage de notre rédactionVendredi 16 octobre, vers 17 heures, Abdoullakh Anzorov a décapité Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie, à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine, avant d'être tué de neuf balles par des policiers à 200 mètres de là.
    
Ce professeur avait récemment montré des caricatures de Mahomet à ses élèves de 4e dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression.


Après le choc d'un acte terroriste, comment maintenir, reconstruire le lien citoyen ? "Ensemble, surmonter le choc", une édition spéciale sera proposée en direct sur France 3 ce mardi 20 octobre à 18 heures, suite à l'assassinat de l'enseignant.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société religion