VIDEO. Législatives 2022 : voir ou revoir notre grand débat en Maine-et-Loire

Publié le Mis à jour le

Le 12 juin prochain aura lieu le premier tour des élections législatives 2022 afin d'élire nos futur·es député·es France 3 Pays de la Loire en partenariat avec France Bleu et la presse quotidienne régionale vous propose de suivre un débat avec les principaux candidats du Maine-et-Loire.

Cinq candidats représentant leur groupe politique et de différentes circonscriptions du Maine-et-Loire débattent en plateau :

  • Anne Laure Blin (3e) LR
  • Stella Dupont (2e) Ensemble! - Renaissance
  • Tassadit Amghar (6e) NUPES - LFI
  • Bernard Lahondes (1ere) RN
  • Celine L’huillier (7e) LO 

Ce débat, animé par  Maxime Jaglin (France 3) et Yves Tréca-Durand (Courrier de l’Ouest), est articulé autour de trois grands thèmes.

Le monde d’après, les effets de la crise Covid

Retour sur le début de la crise en mars 2020, quand le monde a commencé à devoir vivre masqué mais que ces derniers manquaient. À Angers, l'usine Kolmi a tourné jour et nuit pour palier le manque.

"Il faut prévoir la suite, il faut sécuriser des stocks, il faut avoir une capacité de production à l'échelle de l'Union européenne" explique Stella Dupont, qui retient "cette nécessité de plus d'autonomie, de plus d'indépendance, de façon générale sur ces sujets sanitaires mais de façon plus large".

Les responsables politiques ont-ils été à la hauteur sur la question des masques ? "Très clairement non, tranche Tassadit Amghar, la responsabilité est collective au sein du gouvernement".

Le gouvernement n'a pas priorisé le Made in France

Tassadit Amghar

"Ce gouvernement a une sacrée responsabilité dans ce qui s'est passé, renchérit Celine L’huillier, on a envoyé les soignants sans blouses et sans masques au charbon, ça n'a pas dérangé. En pleine pandémie, il a continué à supprimer 17 000 lits".

Les Agences Régionales de Santé doivent-elles être supprimées ? Anne Laure Blin " a constaté dans la crise l'isolement total de l'exécutif. Le président de la République a rassemblé autour de lui des personnalités dont on ne connaissait même pas l'identité, qui décidaient tout seuls".

Il faut regarder devant nous et envisager de vraies réformes

Anne-Laure Blin

Concernant la souveraineté industrielle de la France, Bernard Lahondes se dit "effaré de la situation", avec "la délocalisation excessive de notre savoir-faire, de nos entreprises". "Le souci est d'arriver à l'autosuffisance, ça veut dire qu'il faut redémarcher tous nos industriels qui se sont externalisés, les inciter à revenir avec des aides".

Le pouvoir d’achat, priorité n°1 des Français

L'inflation frôle désormais les 5%. Résultat, les Français sont nombreux à devoir trouver des astuces pour préserver leur porte-monnaie, notamment en zone rurale, à la pompe à essence par exemple.

Anne-Laure Blin aimerait dénoncer cette difficulté que l'on vit à la campagne".

"A la campagne, on a besoin de notre voiture, pour travailler, pour se déplacer, pour les enfants", poursuit la députée sortante. 

Pendant la campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon avait proposé de bloquer les prix de produits de première nécessité, y a-t-il un accord au sein de la Nupes à ce sujet. 

"Nous bloquerons les prix de 150 produits de première nécessité, annonce Tassadit Amghar, elle annonce aussi "une baisse de la TVA sur ces produits. Pour le carburant, nous aurons donc le gazole limité à 1,40 euros le litre".

"Les premiers des assistés aujourd'hui ce sont quand même les grands groupes capitalistes qui reçoivent à fonds perdus, estime Celine L'huillier, on gave les actionnaires et les grands groupes d'argent public".

Pour la candidate de Lutte Ouvrière, "le pouvoir d'achat, c'est une question cruciale, je pense qu'il faudrait augmenter les salaires" 

Il faudrait aujourd'hui qu'il n'y ait pas un salaire en dessous de 2 000 euros. Les salaires, les pensions et les allocations

Celine L'huillier

"Le pouvoir d'achat, pour Marine Le Pen, c'est quand même son cheval de bataille et l'un de nos principaux axes de campagne, dit Bernard Lahondes, concrètement, "c'est la baisse de la TVA sur les produits énergétiques. Au delà de ça, le blocage de tarifs et la TVA à 0% sur 100 produits d'hygiène et alimentaires"

Pour le parti présidentiel de Stella Dupont, "nous avons le gouvernement et la majorité qui avons le plus réduit les impôts avec notamment la suppression de la taxe d'habitation, n'oublions pas ce qui a été fait, les cotisations sociales sur salaire, également, ont été réduite de 80 euros pour un SMIC donc ce sont des choses importantes". 

Ce qu'on a fait depuis cette crise, notamment sur les énergies, c'est tout de même ce bouclier tarifaire sur l'électricité, sur le gaz

Stella Dupont

Le dédoublement des classes en zone prioritaire

Revenons sur des mesures phare du mandat précédent, le dédoublement des classes en zone prioritaire. Deux fois moins d'élèves en grande section, CP et CE1. Coût estimé 500 millions d'euros.

"Sous ce quinquennat, on a dédoublé dans des zones prioritaires dans les villes mais on a abandonné les zones rurales déplore Anne-Laure Blin, "il y a une vraie inégalité, une couverture territoriale inégale et un oubli des zones rurales"

"Ça n'a pu se faire partout car ça s'est fait un moyen constant, déplore de son côté Celine L'huillier, ce qu'ils ont pris d'un côté, ils l'ont mis dans d'autres".

"Si on en dessous du seuil de 24 en monde rural, ça y est c'est fini, explique Bernard Lahondes, c'est le principe des vases communiquant"

J'ai parlé de la désertification des campagnes, la santé, le pouvoir d'achat... L'éducation c'est exactement la même chose

Bernard Lahondes

"Nous sommes évidemment pour une diminution des effectifs par classe, explique Tassadit Amghar, on voudrait arriver à la moyenne européenne qui est de 19 par classe et 15 élèves dans les lycées professionnels".

"L'école va mal, on souhaite réformer en profondeur l'école en partenariat avec les enseignants, les familles ainsi que les élus locaux,  explique Stella Dupont, le dédoublement des classes c'est une formidable mesure. La limitation à 24 élèves effectivement est inégale puisque la France est diverse".