Maine-et-Loire : la pépinière Roses Loubert envoie une commande de 900 rosiers pour l'Argentine

C'est une grosse commande pour ce petit pépiniériste des Rosiers-sur-Loire, dans le Maine-et-Loire. 900 rosiers de 500 variétés différentes vont partir ce mardi pour Buenos Aires, en Argentine. Ils y était attendus il y a un an mais la crise sanitaire est passée par là.

Jérôme Chéné, producteur de rosiers aux Rosiers-sur-Loire.
Jérôme Chéné, producteur de rosiers aux Rosiers-sur-Loire. © France Télévisions Eleonore Duplay

Les roses n'ont pas de pépins , quoique...

C'est l'histoire d'une commande qui a été passée il y a bien un an et demi et qui a dû être annulée ou, tout au moins, suspendue.

En 2019, la pépinière Roses Loubert, aux Rosiers-sur-Loire, a reçu une commande de 900 rosiers à destination de l'Argentine. "Pour une petite structure comme la nôtre, c'est une grosse commande" se réjouit Jérôme Chéné, propriétaire avec son épouse Isabelle de cette entreprise du Maine-et-Loire.

Mais, passé le plaisir de signer un tel contrat, il faut se mettre au travail et surtout en conformité avec la réglementation. "Il faut un permis d'importation signé par le ministère de l'agriculture argentin avec des exigences phytosanitaires" explique Jérôme. Chaque pied de rosier doit être nettoyé et envoyé sans terre afin de ne pas transporter avec lui une éventuelle maladie. 

voir le reportage

Annulé au dernier moment

Mars 2020, la commande est prête, Jérôme, Isabelle et leur employé emballent les 900 pieds de rosiers. Ils savent que chaque heure compte car le confinement a été annoncé pour les jours à venir. 

"On s'est dépêché, raconte le pépiniériste, et le dimanche soir, à 21h, on a fermé le colis. A 22h, on recevait un mail de l'Argentine disant que la commande était annulée, les aéroports étant fermés."

Les 900 rosiers n'ont pas été perdus pour autant. Ils ont été replantés et ce sont ceux-là mêmes qui vont repartir ce mardi pour Buenos Aires.

Roses Loubert n'avait jamais travaillé avec ce pays jusqu'à maintenant mais avait déjà exporté vers l'Europe, le Japon, la Chine et les USA. La pépinière des Rosiers-sur-Loire annonce une production de 30 000 pieds par an, dans 2500 variétés différentes. C'est ce qui fait sa spécificité. Rose Loubert est spécialisé dans les variétés anciennes ou sauvages.

Jérôme et Isabelle Chéné devant l'un des colis qui partiront pour Buenos Aires
Jérôme et Isabelle Chéné devant l'un des colis qui partiront pour Buenos Aires © France Télévisions Eléonore Duplay

Un conservatoire de la rose

L'un des ses produits est la rose de Damas que beaucoup aiment à planter pour produire de l'eau de rose ou de l'essence de rose.

Et puis, il y a aussi la roseraie que l'ancienne propriétaire, Thérèse Loubert, continue de faire visiter aux mois de mai et juin. C'est le conservatoire qui abrite toutes les variétés que la pépinière vend.

La commande que Jérôme et Isabelle s'apprêtent à expédier sera enrichie de quelques variétés supplémentaires. Les plants sont destinés à une roseraie des environs de Buenos Aires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie