Enlèvement et viol d'une fillette de 9 ans dans la Vienne : l'homme interpellé est suspecté d'un autre viol

Un homme était activement recherché dans la Vienne, pour l'enlèvement et le viol dimanche d'une fillette de 9 ans, qui a été retrouvée sauve depuis. Il a été interpellé lundi à Saumur. un deuxième homme a également été arrêté.

© C.François France Televisions
Le violeur présumé d'une petite fille dimanche dernier a été interpellé lundi après-midi par la police du Maine-et-loire, mobilisée dans le cadre d'une demande d'assistance de la gendarmerie. 

C'est la voiture utilisée par le suspect et repérée par les policiers qui a conduit à son interpellation, à l'issue d'une course poursuite.

Le principal suspect est un homme de 31 ans demeurant dans le Maine-et-Loire. Il est déjà connu des services de police, avec un casier judicaire qui porte la trace de 18 condamnations antérieures. Aucune pour condamnation sexuelle mais pour des délits très variés : violence, violence conjugale, homicide involontaire, vol, trafic de drogue. Il a également été mis en cause pour des violences sexuelles intrafamiliales mais l'enquête est en cours d'instruction.
 

Sur le chemin de la boulangerie

La fillette de neuf ans a d’abord été enlevée dans une zone pavillonnaire de Villiers, un village de 950 habitants situé à une vingtaine de kilomètres de nord-ouest de Poitiers.

La petite fille a été retrouvée, peu de temps après les faits, et prise en charge par le CHU de Poitiers. L'agresseur en voiture, a priori extérieur à la commune, aurait abordé la fillette, alors qu'elle se rendait à pied chercher du pain dimanche midi.

"Elle sort de la boulangerie lorsqu’elle est agressée par un individu qui descend du véhicule et s’empare d’elle et la met dans le coffre, a précisé ce mardi après-midi le procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandeaux, lors d'un conférence de presse au palais de justice de la ville,  Il s’arrête un voire deux kilomètres plus loin dans un endroit isolé, il la viole et la frappe avant de commettre son crime car elle se débat. Il l’abandonne sur place et elle regagne le bourg à pied, il fuit à bord de la voiture".

Profondément choquée, la fillette a cependant pu donner un signalement de la voiture, une Citroen C3, et de son agresseur.
 

En garde à vue    

Une centaine de gendarmes de plusieurs unités, appuyés par un hélicoptère, ont été mobilisés dimanche aux premières heures de l'enquête dans un plan d'intervention immédiat (ex plan Epervier), déclenché initialement sur trois départements : la Vienne, les Deux-Sèvres, et le Maine-et-Loire. 
    
L'enquête, menée par les gendarmes de la section de recherches de Poitiers, a permis l'interpellation lundi à Saumur de deux hommes dont le violeur présumé.

Ce dernier est également soupçonné d'un deuxième viol, commis vendredi dernier, sur une femme de 73 ans. 

"La description de l’individu donnée par la fille et la femme concordaient en tout point et permet établir un lien entre les deux affaires", a précisé le procureur de Poitiers.

Le procureur a également ajouté que dimanche, vers 11h, le même individu circulant dans la région a agressé une femme dans la Vienne alors qu'elle se promenait. Il a essayé de la faire monter de force dans la voiture, elle ne s’est pas laissée faire et il a pris la fuite.
 

Déféré mercredi

Les deux hommes interpellés, le principal suspect et son passager, ont été placés en garde à vue à Saumur dans le cadre du viol du vendredi, affaire gérée par le parquet d’Angers, qui va saisir un juge d’instruction. Le suspect sera déféré mercredi.

Le passager n'a pas de lien direct avec l'affaire mais a tenté de prendre la fuite lors de l'interpellation par les policiers saumurois.

Les enquêteurs à Poitiers poursuivent leurs investigations. "Nous sommes en attente d’un certain nombre de résultats des prélèvements, qui ne devraient pas tarder, a poursuivi le procureur de Poitiers, après son audition, les deux affaires seront regroupées sous la direction d’un juge d’instruction à Angers".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société