Saumur : la plainte pour agression sexuelle contre l'ex champion du monde de voltige classée sans suite

La plainte pour agression sexuelle sur mineure déposée en 2018 contre Jacques Ferrari, ex champion du monde de voltige équestre, a été classée sans suite par le parquet de Saumur. "Il a tout perdu" dit son avocat.

Lors d'une interview réalisée par France 3 en février 2020, Chloë Bega racontait qu'elle avait eu une relation avec Jacques Ferrari, alors entraîneur pour la Fédération Française de voltige équestre. La jeune femme était majeure mais elle accusait le champion du monde d'avoir eu des comportements inappropriés avec sa sœur mineure. 

"Au début de notre relation avec Jacques, je ne voyais pas de rapprochement avec Anaïs", racontait Chloé, il la prenait sur ses genoux, il lui disait des choses plutôt étranges. C'était pas sain. Moi du coup qui était avec lui, après il allait voir ma sœur, c'était vraiment très bizarre".

Les deux élèves étaient alors à Saumur où elles effectuaient un stage au sein de l'équipe de France avec Jacques Ferrari pour entraîneur.

Une plainte avait été déposée en 2018 pour corruption de mineur et agression sexuelle sur mineur.

 

 

Trois ans plus tard, la justice vient de classer sans suite cette plainte, les faits ayant été "insuffisamment caractérisés" selon la procureure de Saumur. Réentendue en juin par les enquêteurs, explique l'AFP qui cite la procureure, la plaignante "était moins affirmative. Ce qu'elle qualifiait d'agression sexuelle, finalement, ce n'en était pas une. Et la corruption de mineure n'était pas caractérisée".

"Il a tout perdu pendant trois ans"

Contacté également par l'AFP, l'avocat de Jacques Ferrari, Olivier Rolland a annoncé qu'il déposait plainte pour dénonciation calomnieuse.

"Les policiers ont réentendu la jeune fille en juin et elle leur a dit qu'elle était allée trop loin dans ses déclarations et dans sa description des faits" déclare-t-il. Il a été suspendu de tout, il a tout perdu pendant trois ans. Il n'a eu aucun revenu et n'a aujourd'hui plus rien à voir avec le monde de la voltige équestre".

Le champion d'Europe 2013 et champion du Monde 2014 de voltige équestre a également déposé des recours devant la justice administrative concernant les sanctions subies à l'époque. Il avait été suspendu de ses fonctions d'entraîneur et d'éducateur sportif. Jacques Ferrari demande réparation pour le préjudice subi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
équitation sport faits divers justice société