• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Cossé-le-Vivien : 114 chiens récupérés par la SPA de Paris, après l'annulation de la vente aux enchères

© CC PROUDLY VEGAN - Flickr
© CC PROUDLY VEGAN - Flickr

Les 114 chiens retirés de la vente aux enchères prévue mardi dernier à Laval ont été confiés à la SPA de Paris. 230 chiens ont finalement été vendus ce lundi 8 avril à un éleveur de la Marne sur décision du Tribunal de Grande Instance de Laval, un choix dénoncé par la Fondation 30 Millions d'amis.

Par PEC, avec GS

Dénoncée par la Fondation 30 millions d’amis, la vente aux enchères de plus de 300 chiens avait été annulée par décision de justice. 230 chiens de l’élevage en liquidation judiciaire ont finalement été vendus ce lundi 8 avril à un éleveur de la Marne sur décision du Tribunal de Grande Instance de Laval.

La SPA de Paris a pour sa part récupéré 114 chiens qui vont être placés dans des refuges.

Dans un communiqué publié ce lundi, la Fondation 30 Millions d'Amis par l'intermédiaire de sa présidente Reha Hutin s'inquiète de cette vente validée par le TGI de Laval.
«C’est le pire des scénarios qui a été choisi par les autorités. La démonstration est faite que ces animaux sont considérés comme de la basse marchandise. On ne voit pas en eux l’être vivant et sensible qu’ils sont, mais bien la valeur pécuniaire qu’ils représentent. C’est honteux ! »  

La fondation publie ce lundi après-midi une vidéo qui aurait été tournée dans l'élevage qui a racheté les chiens. Un élevage installé dans le département de la Marne. Pour "30 millions d'amis" : "ces êtres qui passent d’un enfer à l’autre." 
Scandalisée par la vente aux enchères de 300 chiens et chiots prévue à Laval, suite à la liquidation judiciaire d’un élevage à Cossé-Le-Vivien, les représentants de la Fondation 30 Millions d'amis avaient saisi le procureur de la République de Laval. Leur intervention avait déclenché une réunion de crise jeudi 4 avril en Préfecture. Une centaine d'animaux avaient alors été retirée de la vente.

La fondation s'interrogaient alors sur les motivations qui avaient pu entraîner l'annulation de la vente aux enchères: "soit les autorités ont fait droit aux demandes de la Fondation 30 Millions d'Amis et ce sont des critères de protection animale qui ont prévalu; (...) Soit le tribunal de grande instance de Laval a fait affaire et a transigé avec un seul acquéreur, privilégiant des intérêts marchands au détriment du bien-être de tous ces animaux".
Pour rappel la loi stricte ne peut interdire sans raison valable une telle vente, même si sur un plan moral cela reste plus que discutable.

En effet la loi de 2015 qui assimile les animaux à des "êtres vivants doués de sensibilité" permet de les protéger au mieux.
Mais en cas de liquidation judiciaire comme c’est le cas, le législateur parle des animaux comme de "biens appropriables, patrimoine du débiteur". Ce qui rend en théorie une vente aux enchères possible.
 
Les ordres sont stricts : personne ne passe. La ferme aux 300 chien a pris des allures de camp retranché / © Pierre-Erik Cally
Les ordres sont stricts : personne ne passe. La ferme aux 300 chien a pris des allures de camp retranché / © Pierre-Erik Cally

Sur place en fin de semaine dernière, à Cossé-le-Vivien, un agent de sécurité barrait l’accès à la ferme. La crainte, dans le désordre ; de cambrioleurs, de manifestants pro-cause animale, d’acheteurs avant l’heure ce qui est interdit ou encore de journalistes…

D’ailleurs du côté des parlementaires, plusieurs députés avaient eux aussi réagi. A l’image de Loïc Dombreval, (LaREM) vétérinaire et président du groupe d’étude "Condition animale", ainsi que 18 autres députés qui tous le martèlent : "un animal n’est pas un objet".



 

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus