Cet article date de plus de 5 ans

Pages d'été : dix BD pour la plage

C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode repos et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. Nous en avons retenu dix dans tous les styles. C’est le moment… 

Homicide, de Philippe Squarzoni chez Delcourt

240 meurtres par an. C’est énorme, à peine croyable, et c’est pourtant bien la réalité de Baltimore, ville du nord-est des États-Unis située dans l’État du Maryland. 240 meurtres par an et une brigade criminelle sur les dents. En 1988, David Simon, reporter au Baltimore Sun, décide de partager le quotidien de cette brigade pendant un an. Il en tire un livre, A year on the killing Streets, qui a servi de base à la série télévisée Homicide et largement contribué à une autre série culte, The Wire, diffusée sur HBO.

L’auteur français Philippe Squarzoni, connu et reconnu pour ses albums politiques, tels que Garduno en temps de paix, Zapata en temps de guerre, Dol ou encore Saison brune, a choisi d’adapter ce livre en bande dessinée, en conservant les choix narratifs de David Simon qui s’est évertué à effacer le travail du journaliste et donner la parole aux inspecteurs de la brigade.

« Je voyais les pages de bande dessinée apparaître à mesure que je lisais… », explique Philippe Squarzoni, « Je sentais quel type de narration il faudrait développer. Dans Homicide, David Simon a fait le choix de ne pas se mettre en scène, mais plutôt de privilégier la voix collective des détectives de la brigade (…) Et la perspective de faire un album sans recours à la première personne, la nécessité de renouveler mon approche de la BD documentaire, était une raison supplémentaire pour adapter ce livre ».

Le résultat est là. Homicide, contrairement aux BD documentaires habituelles qui prennent le lecteur à témoin, nous place en immersion totale au sein de la brigade. On a parfois l’impression d’être dans une fiction mais la description du quotidien des détectives nous ramène très vite à une réalité brute et banale, le manque de moyens, les bâtiments mal ventilés, bourrés d’amiante, les sonneries de téléphones qui font un bruit de ferraille, les cadavres qui s’ajoutent aux cadavres, empêchant tout travail de fond, rien de très glamour, de très sexy, de très hollywoodien.

«Je crois…» , confie David Simon, « que personne ne s’intéresse à comment David Simon voit la vie d’un inspecteur de la crim’. Ce que les gens veulent savoir, c’est comment cet inspecteur pense, ou même comment il perçoit et exprime ce qu’il vit ».

Son avis sur l’adaptation de Philippe Squarzoni ? « Mon seul sujet d’interrogation portait sur le fait qu’il était absolument nécessaire que le roman graphique soit l’exacte mise en image des faits, car bien évidemment, on allait parler de vrais inspecteurs, de vraies victimes et de vrais événements. On allait utiliser leurs noms, leurs identités, sans maquiller quoi que ce soit. Et il a su me rassurer à ce sujet ».

Page après page, l’adaptation de Philippe Squarzoni nous interpelle, nous surprend, nous effraie sur l’état de la société, de la justice et de la police américaine. Un ouvrage absolument passionnant, beaucoup moins âpre que ses précédents, au graphisme, au découpage, aux dialogues tout à fait exemplaires. À dévorer d’urgence…
##fr3r_https_disabled##

Un maillot pour l'Algérie, de Rey, Galic et Kris aux éditions Dupuis

Un instant, je me suis demandé s’il était opportun de parler de cette bande dessinée au lendemain de la défaite des Bleus face au Portugal. Un instant seulement. Car, si Un Maillot pour l’Algérie parle de football, il parle aussi et surtout de la lutte du peuple algérien pour son indépendance, sa liberté. Et nous rappelle que le football, le sport plus généralement, a parfois d’autres enjeux qu’une simple victoire dans un tournoi. Nous sommes en 1958, à la veille d’un autre grand rendez-vous footballistique, la Coupe du monde. Nous sommes aussi en pleine guerre d’indépendance de l’Algérie, de simples « événements » comme on les désigne à l’époque du côté français. Et c’est à ce moment précis que douze footballeurs algériens en contrat avec des clubs français de Première Division décident de rejoindre les rangs du FLN pour créer la première équipe nationale de ce qui n’est pas encore un pays, l’Algérie.

Parmi ces douze joueurs, on trouve Mokhtar Arribi (entraîneur à Avignon), Abdelhamid Kermali (Lyon), Abdelhamid Bouchouk (Toulouse), Mustapha Zitouni (Monaco), Amar Rouäi (Angers) ou encore Rachid Mekhloufi (Saint-Etienne). Tous quittent la France en avril 1958 et se retrouvent à Tunis pour lancer cette équipe de combattants d’un genre nouveau, une bande de révolutionnaires en short que d’autres rejoindront par la suite…

Entre 1958 et 1962, année des Accords d’Evian et de l’indépendance de l’Algérie, l’équipe du FLN aura joué 83 matchs pour 57 victoires et 14 nuls, marqué 349 buts pour 119 encaissés. Elle aura surtout représenté un peuple en lutte et une certaine idée de la liberté un peu partout sur la planète, depuis le Maroc jusqu’au Vietnam, en passant par l’Irak, la Roumanie ou encore la Russie.

Si comme moi, vous n’êtes pas assez passionné par le football pour en connaître son histoire dans les moindres détails, Un maillot pour l’Algérie vous permettra d’en découvrir un épisode étonnant, une aventure incroyable mettant en scène non pas des guerriers ou des terroristes, mais de simples footballeurs qui vont se battre pour l’indépendance avec leur talent et un ballon pour unique arme. Le résultat est passionnant, parfois surprenant, toujours très documenté, raconté et mis en images avec passion par trois vrais fans du ballon rond, le Bruxello-barcelonais Javi Rey et les deux Bretons Bertrand Galic et Kris.

Vous avez aimé Invictus de Clint Eastwood ? Alors vous aimerez Un maillot pour l’Algérie. Tous deux, dans des contextes très différents, démontrent avec force que le sport fait partie intégrante de nos sociétés, de notre histoire commune…
##fr3r_https_disabled##

De rien, par Geoffroy Monde chez Delcourt

Résolument délirant, déjanté, absurde, cinglé, barjot, timbré, déroutant, voire dément. « De rien » est tout ça à la fois et même plus, il est affreusement drôle. Un album qui aurait pu naître de la rencontre de Raymond Devos pour le décalé, Gotlib pour l’humour, Goossens pour le détournement des codes narratifs de la BD et Bastien Vivès pour le dessin. Mais c’est Geoffroy Monde qui l’a écrit et dessiné avec ses deux petites mains et son esprit ouvert à 360°.

« C’est par le langage de l’absurde que l’on peut le mieux évaluer et mettre en lumière l’écart tragi-comique séparant la nullité de signification du réel de la géniale boursouflure sémantique de notre monde ».

Tout est dit dans ces quelques mots plaqués en quatrième de couverture. Un dangereux illuminé Geoffroy Monde ? Pas du tout, l’auteur sait garder raison même s’il est prêt à exploser la vitre du libraire situé en bas de chez lui si son bouquin n’est pas rapidement exposé en bonne place dans la vitrine. Comme un réflexe ! Et on ne peut lui en vouloir…

Et que trouvons-nous dans son livre de 160 pages ? Une galerie de personnages. 28 paraît-il, pour ma part je n’ai pas compté. 28 personnages donc plus déjantés les uns que les autres : un ange du Paradis qui s’empiffre de petits fours dans les soirées, un cow boy prêt à flinguer tout le monde, son cheval et lui-même compris, pour ne pas avoir à partager son magot, le génie de la lampe qui ne supporte plus les voeux débiles et pervers de la nouvelle génération, un Jackie Chan à qui un réalisateur demande de ne pas faire du Jackie Chan, un écrivain qui voudrait une machine à écrire avec une touche « ziziboule » du nom de son héros… bref que du grandiose, des esquintés du ciboulot

Coté dessin, on pense au travail de Bastien Vivès, notamment sur la série Bastien Vivès de la collection Shampooing. Mais le dessin de Geoffroy Monde, en plus d’être épuré et stylé, est numérique et donc un peu froid. Une très belle découverte !

##fr3r_https_disabled##

Fantasio se marie, Le Spirou de... Benoît Feroumont aux éditions Dupuis

On nous promettait un scoop, c’en est un ! Fantasio est amoureux et va se marier. Non, vous ne rêvez pas. Terminées les aventures effervescentes avec son compagnon Spirou, terminés les voyages à travers le monde et terminée la traque des méchants. Fantasio a quitté le domicile conjugal, pardon le domicile qu’il partageait jusqu’ici avec Spirou pour une maison de ville confortable en compagnie de sa tendre et douce, son petit chou, son sucre, son petit coeur de beurre, Clothilde, un fille de bonne famille, de très bonne famille même. De quoi faire tourner les têtes…

Et les têtes vont tourner. Nos deux tourtereaux veulent une noce grand format avec beaucoup d’invités dans un cadre idyllique, du beau linge comme on dit, du beau linge qui va mettre Fantasio dans de beaux draps, l’obligeant  à emprunter de l’argent à la mère de Spirou.

Et justement, Spirou dans tout ça ? Rien de changé si ce n’est un petit détail. Seccotine s’est installée chez lui. On ne parle pas de mariage mais plus simplement de colocation. Pour l’instant…

N’empêche, pour certains, le scoop vire au scandale. Sexualiser ainsi les héros, faire réapparaître la mère de Spirou qu’on donnait jusqu’ici pour morte, rendre le personnage de Fantasio à moitié benêt, faire de Seccotine la nouvelle faire-valoir de Spirou… c’est, pour certains puristes, aller un peu loin !

Pas de panique, Fantasio se marie s’inscrit dans le série Le Spirou de…, une série parallèle à la série mère aujourd’hui menée par les excellents Yoann et Vehlmann. Et justement, Le Spirou de… permet aux auteurs de réaliser leur rêve le temps d’un album et de donner leur propre vision de Spirou.

Après Tehem, Makyo et Toldac (La Grosse tête), Emile Bravo (Le journal d’un ingénu), Schwartz et Yann (Le groom vert-de-gris)…, Le Spirou de Feroumont revisite les aventures du mythique Spirou avec audace mais aussi beaucoup de légèreté, d’imagination et d’humour. Une aventure qui s’adresse aux plus jeunes mais aussi aux plus grands avec cette forte présence féminine qui, mine de rien, permet d’aborder les relations hommes femmes. Une idée pour le prochain album : Spirou change de sexe !

##fr3r_https_disabled##

Le Port des marins disparus, de Radice et Turconi chez Treize Etrange

Levez l’ancre, affalez les voiles, bordez… et prenez le large à bord de la frégate HMS Explorer au service de sa majesté britannique. À son bord, maître du navire, le premier officier William Roberts, pas mal de marins, d’élèves officiers et un jeune homme, un certain Abel découvert inanimé sur une plage des îles Andaman. Un naufragé qui ne se souvient que d’une chose, son prénom. Que faisait-il là ? Etait-il un marin aguerri ou un passager tombé d’un navire ? Impossible de le savoir…

Recruté comme simple mousse sur l’Explorer, le temps du voyage vers l’Angleterre, Abel se révèle cependant bien plus expert en matière de navigation que bien des marins présents. « Il connaît la mer plus qu’il ne le soupçonne lui-même », remarque le premier officier. Très observateur, très volontaire, très  courageux… ça en devient même un peu trop pour les membres d’équipage qui soupçonnent le jeune homme de leur attirer la poisse…

Dès la couverture et les premières pages de présentation, Le Port des Marins Perdus peut faire penser à un roman d’aventure à la Stevenson. Et ça tombe plutôt bien puisqu’il a tout d’un roman d’aventure à la Stevenson avec un petit côté fantastique en plus. D’ailleurs les deux auteurs, Stefano Turconi et Teresa Radice, mari et femme dans la vraie vie, ont signé précédemment une adaptation en BD de L’île au trésor pour le journal Mickey.

320 pages au total, un scénario force 8, des personnages crédibles, des dialogues efficaces et un dessin réalisé au crayon, délicat, presque fragile… Le Port des marins perdus vous fera changer d’horizon. Et c’est le principal !

##fr3r_https_disabled##

Rotterdam, de Emmanuel Lemaire chez Delcourt

Pour vivre là-bas, il faut aimer les tulipes, le vélo, la pluie fine, les frites double mayonnaise, les étendues de containers, les perspectives plates… et les bateaux. En acier ou en papier. Bienvenue à Rotterdam…

Emmanuel Lemaire, vous l’aurez compris, n’est pas néerlandais mais français, rouennais précisément. Et s’il a atterri là-bas, ce n’est par amour pour le pays mais pour suivre sa compagne qui a accepté une mission de plusieurs mois dans une raffinerie locale. Elle est spécialiste du coup de bélier, ce choc qu’on peut entendre quand on ferme brusquement un robinet, lui travaille habituellement dans une bibliothèque mais a pris un congé sabbatique pour dessiner une bande dessinée.

Bien sûr, il n’y pas que des tulipes et des vélos à Rotterdam. Avec beaucoup de finesse, dans le trait comme dans le propos, Emmanuel nous fait découvrir une ville hyper dynamique, une ville qui évolue tellement vite que même Google View, nous raconte-t-il, n’arrive pas à l’immortaliser.

Ce n’est pas le choc des civilisations – relativisons – mais quand même, Emmanuel et sa compagne ressentent parfois le mal du pays. Ils se retrouvent alors avec leurs amis expatriés comme eux…

Même si l’option graphique est totalement différente, Rotterdam, un séjour à fleur de peau nous fait penser à Shenzhen, Pyongyang, Chroniques birmanes ou encore Chroniques de Jérusalem, des albums signés du Canadien Guy Delisle qui, lui aussi, voyageait au gré des déplacements professionnels de sa femme et en profitait pour nous faire découvrir un pays, un peuple, une culture. Forcément intéressant !

##fr3r_https_disabled##

Salto, de Judith Vanistendael et Mark Bellido aux éditions Le Lombard

Au milieu de la foultitude d’albums publiés chaque mois, certaines couvertures nous interpellent plus que d’autres, pour un mot, un dessin, un personnage, une couleur. C’est le cas de Salto. Pour toutes ces raisons et pour une autre encore, essentielle, une atmosphère mystérieuse, un personnage encapuchonné, lunettes noires sous la pluie, transformé en perchoir pour quelques oiseaux locaux. Mais que peut bien nous raconter ce livre ? Une simple histoire de marchand de bonbons, comme le suggère le sous-titre ?

Pas tout à fait. Salto est l’histoire d’un saut périlleux. El Salto en espagnol. Un saut dans le vide, dans l’inconnu. Tout commence sur les bords de la Méditerranée, à Castellón de la Plana précisément, près de Valence. Miquel y est effectivement vendeur-livreur de bonbons mais plus pour très longtemps. Son patron en a assez de ses facéties et finit par le virer. Rêveur limite ado attardé, insouciant, voire parfois inconscient, Miquel se retrouve sans boulot, sans un sou. Lui qui se voyait écrivain mais désespère de ne pas avoir une vie romanesque décide un beau jour d’embarquer femmes et enfants dans une nouvelle aventure, un changement de vie radical. Direction le Pays Basque où Miquel devient garde du corps de personnalités menacées par l’ETA. Un chien comme on les appelle alors dans la région.

« Tout ce que tu dois avoir, c’est du courage… », lui dit son nouveau boss, « le reste, tu l’apprendras sur le tas ». Miquel apprendra surtout qu’avec ce genre de boulot, tu n’as plus de vie privée et au bout d’un moment plus de femme, plus d’enfants. Le vide. Miquel se retrouve seul avec son arme et sa mission quasi-divine. Une descente en enfer qui ne fait que commencer…

De Judith Vanistendael, nous disions à la sortie de son album David, les femmes et la mort qu’elle explorait l’invisible, l’intime, avec beaucoup de délicatesse, une touche de poésie et un sens de la tragédie exceptionnel. Inutile de changer un mot, une virgule, Salto est un album époustouflant qui commence comme une comédie colorée, enjouée, et se termine dans la tragédie la plus sombre. Cette histoire est celle de Mark Bellido que Judith a rencontré il y a quelques années sur le chemin de Compostelle.

J’ai trouvé son histoire fascinante. Et comme j’avais envie de devoir dessiner des choses que je ne dessine pas normalement, de changer mes horizons, une histoire de garde du corps – avec des voitures et des flingues – me paraissait idéale !
Ne vous méprenez pas cependant, Salto relève plus du psychologique que de l’action. Avec un certain courage, ou un courage certain, Judith nous parle de l’ETA, de cette « terreur généralisée » dans laquelle les terroristes ont maintenu le pays pendant des années. « Cette même terreur… », poursuit-elle, « qui est entrée dans mon quotidien au cours de l’année passée. J’habite Molenbeek, à Bruxelles. Cela a été une expérience assez intense de travailler sur un livre qui parle de la terreur dans ce contexte ».

Un livre radicalement indispensable. 

##fr3r_https_disabled##

L'Inversion de la courbe des sentiments, de Jean-Philippe Peyraud chez Futuropolis

Robinson, c’est le jeune homme qui court sur la couverture, un peu à la manière de Tintin. Sauf que lui ne court pas après les méchants mais après les aventures féminines. Il sort d’ailleurs du lit d’une conquête d’un soir quand il croise deux amoureux sur le pont des Arts affairés à accrocher leur cadenas d’amour. « Vous pouvez me dire ce que ça signifie ? », leur lance-t-il, avant de continuer « y-a-t-il une explication sensée au fait de symboliser votre amour par un cadenas ». Lui aurait volontiers vu un boulet chaîné ou une ceinture de chasteté. Mais pas un cadenas. Et de jeter, rageur, leur appareil photo dans la Seine.

Pas commode le Robinson, Il faut dire que sa journée à mal débuté, viré manu militari par sa fameuse conquête. Et il ne sait pas encore que son ex l’attend au pied de son immeuble pour récupérer ses affaires, que son père va débarquer, mis à la porte lui-aussi par la mère de Robinson, que son neveu Gaspard a mystérieusement disparu, qu’il va passer la nuit prochaine avec MissCampingLaBaule grâce au site pechounkeum.com, qu’il va rencontrer un garçon qui prétend être son fils… Une journée pour le moins chargée imaginée par Jean-Philippe Peyraud, à qui on doit déjà quelques comédies sentimentales sur fond de chroniques sociales – ou l’inverse – telles que Grain de beauté (Treize Etrange, 1999), Première chaleurs (Casterman, 2001) ou encore D’autres larmes (Glénat, 2012).

On y parle d’amour bien sûr, de désamour, d’illusions et de désillusions, d’amitié et de famille, de sentiments d’une façon générale autour d’un personnage légèrement désabusé plongé dans une atmosphère que l’auteur qualifie lui-même d’aigre-douce, une « bédénovela » qui enchaîne les rebondissements « parfois dignes de sitcoms ou du théâtre de boulevard », explique Jean-Philippe Peyraud dans une interview accordée à bdzoom.com.

Avec L’Inversion de la courbe des sentiments, Jean-Philippe Peyraud nous offre une exploration sensible du quotidien, aussi légère qu’essentielle, aussi juste qu’habile, 192 pages de bonheur à partager. Caractères des personnages, dialogues, dessin, narration… un album qui fait mouche.

Mon père était boxeur, de Barbara Pellerin, Vincent Bailly et Kris chez Futuropolis

Lui c’est Hubert, elle c’est Barbara, un père, sa fille, un boxeur, une documentariste. Entre les deux, à première vue, pas grand chose en commun. L’un et l’autre ne se voient d’ailleurs plus depuis des mois, des années. Et pourtant ! En 2011, Barbara décide de faire un portrait sur son père le boxeur. C’est cette histoire qu’elle raconte ici avec Kris et Vincent Bailly. L’histoire d’une relation père-fille complexe.

Elle s’appelle Barbara mais n’a aucun don pour la musique. « C‘est juste un joli prénom », dit sa mère au moment de sa naissance. Son truc à elle, c’est plutôt l’image, le documentaire. Et c’est justement un documentaire sur l’univers de la boxe qu’elle envisage de réaliser en utilisant son père comme porte d’entrée. À moins que ce ne soit le contraire. Utiliser l’univers de la boxe pour se rapprocher du père, tenter enfin de le cerner, de le comprendre, d’expliquer ses accès de colère qui la terrorisaient lorsqu’elle n’était qu’une enfant et qui ont fini par faire fuir sa mère.

Cette mère a accompagné le champion dans ses victoires et surtout dans ses défaites. À mesure que le ring s’éloignait, l’alcool se rapprochait. Dangereusement. Le boxeur devient représentant au sein du groupe Berger. Un autre combat commence. Apéro après apéro, colère après colère, le caractère du père change, la vie n’est plus aussi douce.

« J’ai baigné dans la crainte d’un débordement… », explique Barbara Pellerin, « d’un coup de folie, du meurtre. Imprévisible, il se transformait brusquement en un volcan de fureur que rien ne semblait arrêter, même pas moi ».

A 18 ans, Barbara prend le large. Pas de fâcherie avec ce père mais un besoin de ne plus le voir. Elle ne le retrouve que bien des années plus tard,. Son père sort alors d’un séjour en hôpital psychiatrique.

« Au milieu d’un gouffre creusé depuis l’enfance, la boxe deviendra un virage, une virgule, un trait d’union entre mon père et moi », explique Barbara.

Caméra au poing, elle commence à le suivre et passe une partie de l’hiver 2012 au Boxing club de Rouen, quand son père décède subitement.

« Lorsque je commence à comprendre que ce film prend le chemin d’une quête, celle sans doute impossible de comprendre mon père, la vie s’arrête brusquement un dimanche matin de novembre ».

De cette expérience, Barbara en tire un documentaire et un peu plus tard cette bande dessinée qui montre ce que le documentaire ne montre pas à commencer par la jeunesse de Barbara. Un récit autobiographique au coeur de l’intime, un récit fort et poignant, magnifiquement écrit et mis en images par deux talentueux auteurs du Neuvième art, Kris (Un Homme est mort, Notre mère la guerre…) pour l’adaptation et les dialogues, Vincent Bailly (Un sac de billes, Coupures irlandaises…) pour le dessin, une touche graphique qui rappellera peut-être à certains celui de Baru en un brin plus sauvage, en un brin plus jeté façon croquis.

C’est beau, c’est même très beau, c’est intelligent et sensible. Cerise sur le gâteau, le DVD du documentaire accompagne l’album, un trentaine de minutes avec, c’est un détail mais qui a son importance, une très belle musique de La Maison Tellier sur le générique de fin. Autant de raisons pour se jeter sur l’album.

Étunwan Celui-qui-regarde, de Thierry Murat aux éditions Futuropolis

La Conquête de l’Ouest, la destruction massive des bisons et par la même occasion le massacre des Amérindiens, chacun de nous en connaît plus ou moins l’histoire, souvent – pour les plus vieux d’entre nous au moins – à travers le prisme des westerns qui ont inondé les salles de cinéma au siècle passé. Mais Étunwan, Celui-qui-regarde n’est pas un western…

Du moins au sens commun et cinématographique du terme. Même si on y croise au fil des pages une tribu de Sioux, des troupeaux de bisons sauvagement abattus, des hommes blancs à la recherche de l’eldorado, Étunwan, Celui-qui-regarde est en fait un récit d’aventure et plus encore un récit d’aventure intérieure. L’intime au coeur des grands espaces !

Personnage central de l’histoire, ni héros ni anti-héros, Joseph Wallace, 33 ans, photographe de son état, tire le portrait de l’upper class, des notables et patrons de Pittsburgh en Pennsylvanie.

Jusqu’au jour où, pour une raison que lui-même ignore, le photographe confortablement installé décide de se joindre à une mission d’exploration des territoires encore sauvages, laissant femme et enfants, emportant l’essentiel, sa chambre photographique.

L’objectif de cette expédition est d’explorer de nouvelles zones à cartographier, de trouver peut-être de nouveaux gisements d’or ou de charbon, de nouvelles terres à coloniser, et pour notre Joseph Wallace, de photographier un monde en marche.

« Peut-être est-il vain de vouloir à tout prix saisir les choses et d’en arrêter, même l’espace d’un instant, le mouvement – ou même de donner l’illusion de cet arrêt – parce qu’au bout du compte tout continue sans nous, inévitablement ». Joseph Wallace n’a rien d’un chercheur d’or ou d’un conquistador, son truc à lui, c’est la photographie tout simplement. Et lorsque son objectif croise le regard d’une famille de Sioux Oglalas, la vie de Joseph Wallace en est à jamais transformée, l’homme cherchant dés lors à dresser de manière urgente un état des lieux photographique de la culture des Indiens des grandes plaines…

Une belle écriture, élégante, un trait noir et épais, des couleurs d’une grande sobriété, un très bel album en vérité de Thierry Murat, qui signe ici son premier livre en tant que dessinateur ET scénariste.

Sur son blog, l’auteur explique : « C’est donc la première fois que je signe un livre seul. Vraiment tout seul. Un récit que j’ai écrit pour tenter de parler « vraiment » du génocide amérindien, sans pour autant faire un énième western. J’y parle du travail de mémoire, de la place de l’artiste dans son rôle de témoin au milieu de toute l’absurdité humaine… Mais c’est un livre qui parle aussi et surtout de la photographie naissante (on est à la fin du 19ème siècle), et puis du regard et de sa capacité à raconter… Et de beaucoup d’autres choses encore, plus intimes et plus fragiles que l’histoire avec un grand H ».

En plus d’être passionné par la bande dessinée et ses possibilités narratives, Thierry Murat est également féru de photographie, ceci explique cela, Étunwan, Celui-qui-regarde est doublement une affaire de passion.

Retrouvez toute l'actu de la BD sur notre blog dédié LE MEILLEUR DE LA BD

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres vacances sorties et loisirs