24h du Mans : visite des stands, moment privilégié

Ce mercredi, les détenteurs d'un billet "pitwalk" peuvent se balader tranquillement sur la ligne droite des stands pour découvrir les installations des 60 équipes et y observer les mécaniciens s'affairer autour des bolides.

Avant les essais libres et la première séance d'essais qualificatifs de ce mercredi soir, il est encore possible pour les passionnés d'automobile de venir observer la préparation des équipes. Depuis 10h, devant les paddocks, un flux continu de spectateurs privilégiés vient voir de très près les bolides et en scrute le moindre détail. Ils sont, aussi, aux premières loges pour suivre la préparation des équipes techniques.

Parmi eux, Hervé Testu, 50 ans, voisin du circuit vient depuis 1981. Sans leur porter malheur, "c'est la dernière occasion de voir les voitures neuves et entières." dit-il.
Fan absolu de Porsche, Hervé attend patiemment devant le stand avec l'espoir d'obtenir une photo avec Romain Dumas qui, au loin, fait ses réglages.

D'autres venus de Normandie, comme Jean-Claude Baudier et Lucie Hodiesne, sont là pour la semaine. Maquettiste de profession, Jean-Claude profite de la plus belle course du monde, selon lui, pour prendre des photos. Des photos en noir et blanc car ces valeurs subliment les matières et les expressions humaines aussi bien ches les mécaniciens que chez les pilotes.
Quant à Xana Budish , 39 ans, venue de Berlin, voit réellement ce qui l'a fait rêver à la télévision allemande pendant des années. "c'est comme un rêve","j'aime tout l'esprit, l'atmosphère, c'est si unique et important pour moi".
Des fans et passionnés des moteurs automobile qui se montrent enchantés.
Arpenter librement la voie des stands reste un privilège puisqu'il faut compter 650 euros pour détenir ce billet "pitwalk".
 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité