Dany Leprince pourrait revenir s'installer dans la Sarthe

Condamné pour le quadruple meurtre de son frère, sa femme et deux de leurs enfants, Dany Leprince sera officiellement libre de ses mouvements le mardi 20 avril à 00h01.

Dany Leprince en 2012, à sa libération conditionnelle.
Dany Leprince en 2012, à sa libération conditionnelle. © PIERRE ANDRIEU / AFP

Condamné en décembre 1997 pour le meurtre de Christian Leprince, son frère, et son épouse Brigitte ainsi que deux de leurs trois filles âgées de 7 et 10 ans à Thorigné-sur-Dué, dans la Sarthe, Dany Leprince, qui avait toujours clamé son innocence après des premiers aveux, est désormais libre de ses mouvements.

Après avoir bénéficié d'une libération conditionnelle en 2012, Dany Leprince s'était installé avec son épouse (il s'était remarié) à Marmande dans le Lot-et-Garonne.

Ce 20 avril à 00h01, Dany Leprince sera officiellement libre de ses mouvements et pourra même selon, son avocat Maître Morice, se rendre en Sarthe s'il le souhaite.

"La femme de Dany Leprince me dit que, pour le moment, le couple reste à Marmande, nous a expliqué Maître Olivier Morice, Une fois le confinement levé, ils vont bel et bien se rendre en Sarthe pour rendre visite à leurs proches"

Une réinstallation dans ce département n'est semble-t-il pas à l'ordre du jour même si le couple y pense.

 

L'affaire Dany Leprince

Le 4 septembre 1994, dans un pavillon de  Thorigné-sur-Dué, à l'est du Mans, un homme, Christian Leprince, son épouse Brigitte et deux de leurs trois filles âgées de 7 et 10 ans sont retrouvés tués à coup de feuille de boucher, un outil utilisé dans la découpe de la viande. Seule la petite dernière âgée de 2 ans avait été épargnée.

Rapidement, dans l'entourage des victimes, plusieurs personnes sont interpellées. Le frère, Dany Leprince, est accusé par sa propre femme Martine et leur fille aînée d'être l'auteur de ce quadruple meurtre.

Après avoir formulé des aveux, il se rétracte mais la Cour d'Assises de la Sarthe le condamnera à la prison à perpétuité en décembre 1997.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société