Cet article date de plus de 3 ans

Le Mans : Julien Canal, sacré champion du monde d'endurance LPM2

De retour en Sarthe, entretien exclusif avec le pilote Julien Canal. Il nous parle de sa victoire au volant de la Vaillante Rebellion. Deux ans après son premier titre acquis au volant d'une Ligier, le champion du monde fait le bilan d'une saison forte en rebondissements. 

© Max PPP
Le 18 novembre dernier, Bruno Senna, Nicolas Prost et Julien Canal remportent leur quatrième et plus importante victoire de l'année. Les voilà désormais champions du monde.

Pourtant au mois de juillet, 46 points les séparaient de la première équipe, Jackie Chan DC Racing.
"C'était très compliqué à vivre. D'une part, lors des 24H du Mans et, d'autre part, parce que l'on était dans le trio de tête", nous a confié Julien Canal, "on ne s'est pas démotivé, on a eu une équipe très soudée, des valeurs d'esprit d'équipe. Aucun égo entre Bruno Senna et Nicolas Prost et c'était une des clés de notre succès cette année : se faire confiance."

Un sacre obtenu au terme d'une incroyable remontée grâce à beaucoup de professionnalisme.
"Dès que l'un de nous avait un peu plus de mal sur un circuit, on s'échangeait beaucoup d'informations", poursuit le pilote,"on ne l'a pas pris pour nous personnellement, la voiture était notre priorité. Quoi qu'il se passait, on essayait d'accorder les réglages pour qu'ils soient homogènes pour nous trois, et c'est sans doute le secret de notre victoire."

"Le travail et très dur et très long. Après la deuxième course, nous n'avons pas eu d'autres choix que de gagner toutes les courses . La devise : toujours pousser au maximum sans se mettre la pression."
 

Au classement général final, 10 secondes les séparent de la deuxième équipe


Lors de la dernière course de Bahreïn, dans la dernière demi-heure, Julien avait le casque sur les oreilles et les yeux rivés sur les écrans.  "On a eu très peur car Bruno Senna a eu un problème de direction assistée. 5 secondes ont été perdues dans un seul tour car la direction assistée s'est coupée. l'équipe a réussi à remettre à zéro l'électronique et le tableau de bord."
Des conditions de course auxquelles s'étaient préparés les trois pilotes, "si on avait un problème d'accélérateur, on savait sur quel bouton de secours appuyer."

A l'arrivée, l'émotion est montée naturellement, Julien Canal et toute l'équipe se sont remémorés tous les moments de l'année.
Une victoire dépassée par l'humanité des pilotes : "J'ai déjà roulé avec des pilotes qui ont un fort égo, une prestance, une aura mais ces deux pilotes-là sont très humains, sont très simples", se réjouit Julien, "en dehors des courses, on est aussi amis dans la vie. Je peux dire maintenant qu'ils font partie de mes meilleurs amis."

Sportivement c'est le titre le plus beau de l'année pour Julien : "On a dû se battre à toutes les courses. À Mexico, on a pu gagner la première course. On a ensuite enchainé 4 victoires en 5 courses, et là on a vu que si on ne faisait aucune erreur, tout était possible."

Maintenant l'avenir de la Vaillante Rebellion est entre deux feux : recommencer sa participation en LMP2 ou repasser en LMP1 privé. Une décision sera prise dans les deux semaines à venir. Quant à Julien Canal, il a aussi pris contact avec l'équipe chinoise et l'équipe d'Alpine qui pourraient lui offrir d'autres opportunités.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie 24 heures du mans sport auto-moto