Le Mans : soupçon d'intoxication d'une famille au monoxyde de carbone

Une famille de quatre personnes pourrait avoir été intoxiquée par du monoxyde de carbone au Mans. / © France télévisions Olivier Quentin
Une famille de quatre personnes pourrait avoir été intoxiquée par du monoxyde de carbone au Mans. / © France télévisions Olivier Quentin

C'est un classique à l'automne lorsque la température baisse. On remet la chaudière en marche et des dysfonctionnements peuvent occasionner un rejet de gaz mortel, le monoxyde de carbone. Les pompiers du Mans sont intervenus dimanche soir dans une maison, une famille a été hospitalisée.

Par Olivier Quentin

La petite famille composée d'un adulte et de trois enfants a été conduite à l'hôpital dimanche soir.

Une mesure de précaution prise par les pompiers qui étaient intervenus dans cet appartement du Mans, ils soupçonnaient une intoxication au monoxyde de carbone

Un classique à cette époque de l'année où l'on remet les chaudières en marche.

Certes, les pompiers disposent de leur propre appareil de mesure mais le passage par l'hôpital permet par une prise de sang de confirmer ou non le diagnostic.
 

Un gaz mortel inodore

Chaque année, les intoxications au monoxyde de carbone font des victimes, parfois des morts. Ce gaz incolore et inodore généré par une combustion incomplète est particulièrement dangereux. 

En cause souvent, un appareil défectueux et une aération insuffisante.

"Il m'est arrivé de trouver des carreaux de faïence collés devant l'aération de la pièce" raconte cet officier des pompiers du Mans. 

Boucher les aérations comme le font certains à l'arrivée des premiers froids peut s'avérer fatal. Le monoxyde de carbone s'accumule dans la pièce et si la chaudière est ancienne ou défaillante, aucune sécurité ne vient stopper l'émission de gaz.

Il suffit alors de quelques secondes pour être intoxiqué, ressentir un malaise et même mourir d'un arrêt respiratoire. 

Dans les cas moins dramatiques, ce sont des maux de tête, des nausées qui donnent l'alerte.
 

Attention danger toute l'année

"Lorsque nous intervenons à domicile, il y a toujours un détecteur de monoxyde par équipe" explique ce pompier qui ajoute que le monoxyde est généré par toute combustion.

"Même après avoir éteint un incendie, pendant la phase de déblaiement, nous portons des appareils respiratoires car il y a toujours un risque de dégagement de monoxyde de carbone."

On a coutume d'en parler à l'arrivée de l'hiver mais le danger est permanent. 

D'où l'intérêt de contrôler la bonne aération de la pièce où se trouve la chaudière et d'en faire assurer une maintenance régulière.

 

Sur le même sujet

Les + Lus