VIDÉO. Le festival de la force continue de mettre à l'honneur le travail agricole en Sarthe

La 44ᵉ édition du festival de la force se tenait dimanche 6 août à Tennie, à l'ouest du Mans (Sarthe). L'événement réunissait plusieurs générations autour d'une compétition conviviale et physique où figuraient ballots de paille, sacs de blé et ceintures lombaires.

Les honneurs se comptent en kilogrammes soulevés au festival de la force de Tennie (Sarthe). Sac de blé de 80 kg à transporter sur une épaule, brouette chargée de 700 kg à porter, round baller de paille de 14 kg à pousser en hauteur...Les épreuves de la compétition aux accents agricoles n'épargnent pas les colonnes vertébrales. 

"C'est très dur. C’est une question d’équilibre, mais c’est physique quand même", témoigne Bruno, qui s'est essayé à la course aux bidons de lait pour sa première participation. Le principe : marcher la plus longue distance possible en portant un bidon de lait de 20 kg dans chaque main.

Le champion incontesté en la matière est Christophe Galpin, 49 ans, invaincu depuis plusieurs années. Il remporte de nouveau la victoire en parcourant 800 mètres sous les encouragements de sa femme Sophie et de sa fille Léana. "Son record c’est 1 km. C'est long, il faut tenir jusqu’au bout", relate Sophie. 

"J’adore ça, c'est un plaisir de venir ici et de se comparer à d’autres", sourit Christophe Galpin. Le quadragénaire est bûcheron et vit de plusieurs autres travaux agricoles qui lui ont permis d'acquérir cette force remarquable. 

durée de la vidéo : 00h00mn16s
Le record de Christophe Galpin est de 1,1 km parcourus avec deux bidons à la main. ©France Télévisions / Marc Yvard

Le travail de la terre célébré

"Ce sont des gars qui font ça depuis des années. Ils ont ça dans les bras, ce sont des agriculteurs, ils ont l'habitude de faire ça à longueur de journée", déclare Dany, arbitre de l'événement, chargé de scruter les chronomètres. 

durée de la vidéo : 00h00mn11s
L'épreuve de la brouette consiste à soulever 700 kg de poids pour les hommes, 405 kg pour les femmes. ©France Télévisions / Marc Yvard

Christophe Galpin avoue toutefois "aller à la salle" avec son fils, qui participe aussi au festival. Les générations se mélangent et s'affrontent dans une ambiance familiale, perpétuée au fil des ans par ce qui est devenu un rendez-vous annuel de l'été à Tennie. Il se tient depuis 1978 grâce à près d'une centaine de bénévoles. 

Ce n'est pas une compétition, ça reste un amusement.

Dany

Arbitre bénévole au Festival de la force

C'est l'ancien maire de la commune, Michel Patry, qui a lancé le festival. "J'ai un ami du conseil municipal qui était parti en vacances dans le sud de la France et il avait assisté à un festival de la force", raconte l'ancien "champion des ballots de paille" en roulant les R dans son inimitable parler sarthois. 

L'héritage agricole et campagnard de ce Festival de la force sarthois est érigé en fierté. Julie et Etienne n’étaient pas venus depuis 30 ans. Cet événement, ils l’ont connu enfant. "C'est souvent des gens qui ont des métiers pénibles. C’est une belle reconnaissance pour eux de représenter dans le loisir la force qu'ils ont grâce à des métiers parfois difficiles", estime Julie. 

Si le festival puise ses origines dans la culture basque, il est désormais devenu une tradition à Tennie, qui est passée du côté rural de la force et compte y rester pour les années à venir. 

Voir le reportage de Victoire Panouillet, Marc Yvard, et Marie-Catherine Georgelin

durée de la vidéo : 00h01mn45s
Le Festival de la force de Tennie est inspiré du herri kirolak basque. ©France Télévisions / Victoire Panouillet / Marc Yvard / Marie-Catherine Georgelin