VIDÉO. Maéna Drouin, athlète sarthoise en route pour les championnats d'Europe espoirs 2023

À 22 ans Maéna Drouin est une jeune pépite de l'athlétisme français. Licenciée à Montfort-le-Gesnois (Sarthe), la sportive s'entraîne désormais à Nantes et a été sélectionnée pour courir aux championnats d'Europe espoirs du 13 au 16 juillet à Espoo en Finlande.

"Je fais de l'athlé pour tous les moments que ça m'offre", sourit Maéna Drouin, qui est sur le point de vivre une nouvelle étape marquante de sa carrière d'athlète.

Native du Mans (Sarthe), la jeune femme de 22 ans a été sélectionnée en équipe de France pour les championnats d'Europe espoirs au 400 mètres haies, qui se dérouleront du 13 au 16 juillet à Espoo, dans le sud de la Finlande. 

La sélection concrétise ce que je fais toute l'année, ce dans quoi je m'investis.

Maéna Drouin

Athlète de 400 mètres haies

Cette sélection arrive dans la foulée de sa médaille d'argent décrochée aux championnats de France espoirs le 2 juillet, avec un chrono de 57 secondes et 47 centièmes (57''47), pour 57''75 demandés. 

"J'adore les championnats, c'est beaucoup de stress, mais c'est un stress hyper positif, ça me donne parfois envie de pleurer de joie, j'aime trop", confie Maéna Drouin. C'est ce sentiment d'exaltation qui l'a poussée à chercher la performance en athlétisme. 

"J'ai commencé l'athlé à Montfort-le-Gesnois dans un petit club où l'ambiance était vraiment sympa. D'ailleurs, on venait plus pour passer du temps avec les amis que pour la performance, raconte l'athlète. C'est venu à mes premiers championnats de France. J'avais gagné la course pour être en finale, et j'avais eu un sentiment trop bien, je me suis dit que je voulais avoir ce sentiment-là dans ma vie. C'est comme ça que j'ai vraiment commencé."

Maéna a déménagé à Nantes pour suivre des études de Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). Son parcours scolaire est aménagé pour qu'elle puisse poursuivre ses objectifs sportifs.

Sa sœur Lou-Ann, athlète de saut à la perche, l'a rejointe quelque temps plus tard. "On est venues sur Nantes pour voir ce que ça pouvait donner de beaucoup s'entraîner, parce qu'en club c'est pas pareil, on a pas la possibilité de faire autant d'entraînements", commente Maéna.

Si elle a aussi pratiqué le saut à la perche par le passé, sa discipline de prédilection reste le "4H" : le 400 mètres haies. "C'est une course que j'adore. C'est dur, la dernière ligne droite est dure, mais c'est hyper agréable. T'arrives, tu es au bout de ta vie. Je vomis à chaque fois, mais je suis super fière de moi. J'arrive à me surpasser, à dépasser mes limites", se réjouit-elle.

Passion partagée

Cet engagement dans le sport n'est que plus beau car il est partagé par les deux sœurs, qui vivent dans le même appartement. "On peut parler d'athlé pendant hyper longtemps sans avoir l'impression de soûler l'autre. On a nos petites victoires et nos petites défaites ensemble", dévoile Lou-Ann. 

"En ce moment, on n'est pas trop dans le même état d'esprit parce que Maé est au top, et moi ça fait un an que je suis blessée donc c'est plus compliqué. En 2022 j'ai vécu l'athlé à travers elle, mais c'est cool, on grandit ensemble", poursuit-elle. 

Chacune essaie de se rendre aux compétitions les plus importantes pour l'autre : "Ce que j'aime partager avec elle, c'est tout le "avant", faire le footing ensemble, voir dans quelle ambiance elle est", explique Lou-Ann. Ce ne sera pas possible à Espoo. Maéna vivra le championnat quasiment exclusivement avec les membres de l'équipe de France. 

5 secondes gagnées en 3 ans

L'objectif du déplacement en Finlande est "d'obtenir le meilleur résultat possible, en respectant les enjeux de chaque tour", selon Emmanuel Huruguen, l'entraîneur de Maéna à Nantes. 

Rien ne peut prédire du résultat, mais l'entraîneur témoigne de l'investissement payant de la jeune athlète. "Elle ne brûle pas les étapes, elle s'implique toujours plus dans son projet. Depuis 2020, elle a progressé de 4,5 voire 5 secondes en 3 ans, ce qui n'est pas neutre", relate-t-il.

"À la fin du mois, il y aura aussi les championnats de France élite, on fera un point après la Finlande pour voir si c'est un objectif cohérent", ajoute l'entraîneur.

Maéna Drouin ambitionne de poursuivre ses efforts, championnat après championnat. "Je me vois continuer l'athlé assez longtemps, pour voir ce que je peux réussir à faire. Je fais tout ce que je peux pour m'offrir des opportunités", affirme l'athlète. Une sélection pour les futurs Jeux Olympiques l'attend peut-être dans quelques années, au bout de la piste. 

Avec Nathan Vildy et Charles Proult