VIDEO. Producteurs de safran : feu vert pour la récolte de l'or rouge

Publié le
Écrit par Séverine Bourgault, avec Marie-Charlotte Duluc
durée de la vidéo : 01min 41
Octobre, c'est la saison du safran : la précieuse fleur utilisée en cuisine se récolte à l'automne. Une période chargée pour les agriculteurs qui sont moins de 200 en France. En Sarthe, rencontre avec Benoît Jardin, récoltant depuis seulement deux ans. ©Marie-Charlotte Duluc, Karine Mordrelle et Christophe Person

Octobre, c'est la saison du safran : la précieuse fleur utilisée en cuisine se récolte à l'automne. Une période chargée pour les agriculteurs qui sont moins de 200 en France. En Sarthe, rencontre avec Benoît Jardin, récoltant depuis seulement deux ans.

Les fleurs ne poussent que quelques semaines par an et pour les cueillir, Benoit Jardin, producteur de safran, se doit d’être lève tôt : « C’est la fraîcheur de la nuit qui stimule la fleur et la pousse à sortir : 70% des fleurs de la journée sont récoltées le matin», explique-t-il.

Une production répartie sur 2000 mètres carrés de terrain qu’il faut récolter chaque jour, à la main. Et à l’intérieur de la fleur… « Le safran c’est ça, c’est le pistil de la fleur composé la plupart du temps de trois filaments », précise Benoit Jardin. 

Pour obtenir 1 gramme de safran séché on a besoin d’émonder entre 150 et 200 fleurs  

Benoit Jardin

Producteur de safran

Le fameux or rouge que l’agriculteur cultive depuis 2020. Ancien responsable dans le transport, Benoit Jardin partage désormais sa passion avec les visiteurs : « Pour obtenir 1 gramme de safran séché on a besoin d’émonder entre 150 et 200 fleurs ». Et sa compagne, Urielle Fleury, d'ajouter : « Ca prend énormément de temps parce qu'il faut être minutieux. Quand la fleur est un peu fermée, c’est encore plus long ! ».

Le safran reste un produit de luxe

Un travail méticuleux qui explique le prix, entre 30 et 40 000 euros le kilo. Pour dégager un revenu, le producteur a choisi de transformer lui-même ses produits, comme avec ces sirops ou ces confitures, appréciées, à en croire les visiteurs « C’est agréable, c’est joli quand on le fait cuire", "De la cueillette à couper le pistil, c'est énorme. On est pas étonnés que ce soit cher !". 

« Ca reste un produit estampillé luxe et le fait de le valoriser dans ces produits-là, ça nous permet d’avoir des gammes de prix plutôt accessibles à toutes les populations », conclut Benoit Jardin.

Le safran récolté aujourd’hui pourra être dégusté dans trois mois, après séchage, et se conserver jusqu’à 5 ans dans un bocal.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité