Michel Piron député du Maine-et-Loire exclut de rester à l'UMP sans François Fillon

Publié le Mis à jour le

Michel Piron exclut de rester "de rester dans une UMP qui serait présidée par un président contesté et contestable" en n'écartant pas l'hypothèse de la formation d'un groupe filloniste autonome à l'Assemblée nationale

Interrogé sur la formation d'un tel groupe, ou son éventuel départ pour l'UDI de Jean-Louis Borloo, M. Piron, élu du Maine-et-Loire et ancien de l'UDF, a jugé "encore prématuré" de répondre. Mais, a-t-il ajouté, la formation d'un groupe filloniste, évoquée dimanche soir par son collègue Lionel Tardy, est "une hypothèse que je n'écarte pas".
En tout état de cause, a-t-il souligné, "j'exclus de rester dans une UMP qui serait présidée par un président contesté et contestable", et "je ne me retrouve pas dans les appréciations que fait Jean-François Copé".
"Mais je ne prétends pas avoir tout seul les clefs", a-t-il dit, en rappelant que les parlementaires fillonistes se réunissaient mardi. "Je discute actuellement avec ceux qui me sont proches", a-t-il précisé, en chiffrant leur nombre à au moins 15 à 20 députés. Le nombre minimal de députés pour constituer un groupe parlementaire est de 15.
Sur les trois participants à la réunion dimanche soir, qui a échoué, entre Alain Juppé, François Fillon et Jean-François Copé, "il y en a deux qui ont montré qu'ils étaient des hommes d'Etat : Alain Juppé et François Fillon", a lancé M. Piron.