DOSSIER. L'affaire Fillon, grain de sable dans les élections municipales

Le procès des époux Fillon débutera le 24 février. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Le procès des époux Fillon débutera le 24 février. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

En 2017, l'affaire Fillon avait stoppé net la course en tête du candidat à la présidentielle. Son procès s'ouvrira le 24 février 2020. A ses côtés sur le banc des accusés, son épouse Pénélope Fillon et le maire de Sablé-sur-Sarthe Marc Joulaud.
 

Par Olivier Quentin avec Céline Dupeyrat et Christine Vilvoisin

2017, à quelques mois de l'élection présidentielle, à Sablé-sur-Sarthe fief de François Fillon, pas l'ombre d'un doute, l'avenir semble écrit pour le candidat des républicains, favori des sondages...

A défaut de vague, c'est un tsunami qui déferle à la une du Canard Enchainé ce 25 janvier. Les soupçons d'emplois fictifs du clan Fillon s'affichent à la une du journal satitique.


Plus d'un million d'euros

Le grand public découvre les salaires de Pénélope comme assistante parlementaire. Les juges ouvrent alors une enquête pour détournement de fonds et recel d'abus de bien sociaux.

Entre 1998 et 2013, l'épouse du chef de file de la droite pourrait avoir perçu plus d'un million d'euros.

Le Pénélope Gate est un tourbillon médiatique. "Une boule puante" aux dires de François Fillon qui s'obstine à nier. Jusqu'à sa mise en examen. Contraint à faire profil bas, le candidat fait son mea culpa devant les Français.
 

Une affaire hors normes

Mais, même en pleine tempête, le Sarthois reste le chef de la droite et du centre. Le rassemblement au Trocadéro n'empêchera pas le fiasco du 1er tour. François Fillon ne sera jamais Président de la République.

"C'est une affaire hors normes pour deux raisons, estime la journaliste politique Véronique Jacquier. Parce que c'est la première fois qu'on voit la justice s'immiscer ainsi dans une campagne présidentielle et quelque-part flinguer un candidat puisqu'à partir du moment où il y a mise en examen, il y a évidement mort du candidat. D'autre part, fin novembre 2016, le soir de la primaire, François Fillon se voit à l'Elysée et se dit : c'est gagné, je n'ai rien à faire, je suis forcément élu face à Marine Le Pen. Il n'a pas encore vu l'étoile Macron se lever. Or, l'homme montre un visage que personne ne lui connaît et ses propres troupes à droite ont beaucoup de mal à le défendre."

L'affaire signe la fin d'une carrière politique. Mais pas celle de Marc Joulaud tombé au côté de son mentor.  
 

Un candidat aux municipales sur le banc des accusés

Le maire de Sablé-sur-Sarthe, suppléant de François Fillon, devenu député lorsque ce dernier est nommé 1er ministre, comparaîtra aux côtés des époux Fillon devant le tribunal correctionnel de Paris.

Convaincu que ce n'est pas lui que l'on veut aller chercher dans ce dossier, il est  candidat à sa propre succession aux municipales de Sablé-sur-Sarthe en mars prochain.

Sur le même sujet

Les + Lus