Transports : les Pays de la Loire pourraient s'orienter vers un Réseau Express Régional, à l'instar du RER parisien

Vers un Réseau Express Régional autour de Nantes pour les transports du quotidien ? Le conseil régional veut aussi étudier la question des dessertes d'Angers et du Mans en réponse à l'initiative lancée par le secrétariat d'État au transport.

© cr pays de la loire
Réseau Express Régional (RER) ou Services Express Métropolitains (SEM), la seconde désignation semble désormais sur les rails pour se différencier de l'exemple parisien.
 

Des étoiles ferroviaires sous utilisées

La Loi d'orientation des mobilités (LOM) met en avant "la réalisation de projets de RER métropolitains". Au conseil régional des Pays de la Loire, Roch Brancour, le vice-président en charge des transports, indique que "la région est intéressée par ce projet qui consiste à développer les trains autour des villes pour les usagers du quotidien".

Il y a longtemps que les associations d'usagers comme la FNAUT réclament la mise en valeur de "l'étoile ferroviaire" de Nantes. Son représentant régional, Dominique Romann souligne que "pour l'instant ni la région ni la métropole de Nantes n'ont manifesté de volonté de travailler sur le développement des transports périurbains autour de Nantes".

Une situation qui devrait évoluer rapidement puisque la Loi LOM impose aux autorités organisatrices de transports de se rapprocher pour mettre en œuvre des politiques de transports publics globales.

"Il y a Nantes", indique Roch Brancour, "mais nous voulons aussi voir étudier Angers et Le Mans qui disposent également d'une étoile ferroviaire".

"Un service cadencé à l'heure ou à la demi-heure nous parait idéal" envisage Roch Brancour. "Toutefois, pour y parvenir, il faudra adapter les infrastructures et notamment les gares pour y disposer de quais dédiés".
L'étoile ferroviaire de Nantes
L'étoile ferroviaire de Nantes © OpenRailwayMap
 

Construire un réseau

Dans la région, l'axe Nantes-Angers est au bord de la thrombose, et ne permet plus d'ajouter de trains supplémentaires, et le tunnel de Chantenay sous la ville de Nantes, est également saturé. À Angers, c'est le tronc commun Angers-La Possonnière qui risque de poser problème. "Il faudra envisager de repenser les infrastructures et la signalisation, souligne le vice président du conseil régional, avant même de déterminer les dessertes retenues".

On n'en est pas encore là ! "L'étude réalisée par SNCF Réseau n'a aucune ambition prescriptive", assure Matthieu Chabanel, son directeur général délégué.

"L'objectif ambitieux" du gouvernement est "de doubler la part modale du transport ferroviaire autour des grands pôles urbains d'ici dix ans grâce à la création de services ferroviaires plus attractifs", souligne Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d'État aux transports.

Diamétraliser, c'est à dire établir des terminus extérieurs à la gare centrale et seulement des lignes la traversant, évitant aux trains d'en occuper les voies à quai trop longtemps, ou encore créer des terminus différents et simultanés sur un même quai, une solution souvent présentée comme déroutante pour les voyageurs. La FNAUT, comme le vice président du conseil régional, ne voient que des avantages à ces solutions. SNCF Réseau avance aussi cette idée. Alors le Service Express Métropolitain des Pays de la Loire est-il sur les rails ?
 

Des études et des coûts

Pas si vite ! Jean-Baptiste Djebbari a annoncé une enveloppe de 30 millions d'euros, tirés du plan de relance. "Ce sont des moyens qui permettent d'aller vite sur les études", explique-t-il. "Là, nous voulons vraiment raccourcir le temps et permettre d'engager la phase concrète de travaux après la définition des besoins. On parle d'un horizon 2023-2024 pour la mise en oeuvre des premiers travaux."

Mais personne n'évoque le montant des réalisations à venir, infrastructures et coût des matériels roulants affectés. Roch Brancour en est certain : "quand les projets auront été définis avec précision, région, métropoles, départements et État trouveront les moyens de les financer".
 

RER, qu'est-ce que c'est ?

Un RER, en principe, est un système ferroviaire disposant de voies qui lui sont réservées, ou sur lesquelles les trains affectés à ce service ne seront pas gênés par les autres trafics. Les premiers trains démarrent tôt le matin et les derniers finissent tard dans la nuit, circulant selon un horaire cadencé de base (chaque heure, demi-heure ou quart d'heure selon les choix ou les volumes de trafic), toujours le même quelque soit le jour, renforcé aux heures de pointe.

En France, on connait en général le RER parisien, régulièrement saturé, on connait moins le RER de Genève qui depuis quelques mois circule... en France !

Nos voisins suisses, comme les Allemands, ont depuis longtemps développé ce concept de RER, ou S-Bahn, autour des grandes villes. Le RER transfrontalier de Genève dessert ainsi plusieurs villes françaises comme Annemasse, Annecy, Bellegarde, Evian ou St Gervais.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie trains régionaux sncf