Covid-19 - Vendée : le port du masque devient obligatoire dans tout le département

Le port du masque est étendu à toute la Vendée dès ce vendredi 23 octobre minuit par décision du préfet.

© Franck Dubray/MAXPPP
Après les communes du littoral, il n'aura pas fallu longtemps au préfet de la Vendée, Benoît Brocart, pour étendre l'obligation du port du masque sur l'ensemble du département dans les espaces publics, dès ce vendredi 23 octobre à minuit.

À la veille des vacances de la Toussaint, le Vendredi 16 octobre, la préfecture avait déjà annoncé que le masque serait obligatoire sur le territoire des communes littorales pour la période des congés, c'est-à-dire, jusqu'au 12 novembre à minuit.  De nouveaux chiffres pour la Vendée, où le virus circule de manière "brutale et rapide" selon l’ARS, expliquent cette décision. En une semaine, le taux d'incidence est passé de 65,6 cas à 103 cas pour 100 000 habitants. Le taux de positivité a augmenté, lui, de 1,9 point pour atteindre 7,9%.
 
Depuis que la France est passée en état d'urgence sanitaire, le samedi 17 octobre, le préfet de la Vendée a mis en place certaines mesures pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. À savoir : l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique, sauf les manifestations ou événements professionnels déclarés. 

Le préfet de la Vendée souhaite désormais que les restaurants et les cafés appliquent un "cahier de rappel", dans lequel seraient indiquées les coordonnées de chaque client. L'ARS, quant à elle, demande de privilégier le télétravail. 

 

Quelques dispenses et des contrôles

Cette obligation de port du masque dans l'espace public ne s'applique pas aux personnes de moins de 11 ans, ni au personnes handicapées munies d'un certificat médical justifiant une dérogation, aux personnes pratiquant une activité physique ou sportive, aux usagers circulant dans des véhicules à moteurs.

Si on ne porte pas le masque dans l'espace public que risque t-on ? Une amende de 4ème classe, d'un montant de 135 euros. En cas de récidive dans les 15 jours, une mande de 5ème classe d'un montant de 1500 euros.

La préfecture précise que "les forces de l'ordre effectueront des contrôles stricts visant au respect de l'ensemble de ces dispositions".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société