En Vendée, les moissons sont en avance de trois semaines

Publié le
Écrit par Ludmila Zie

Manque d’eau, sécheresse, mais aussi épisode pluvieux . Les moissons sont précoces cette année, presque trois semaines d’avance. Difficile donc pour les agriculteurs de prévoir d’une année sur l’autre. Les rendements varient aussi du coup.

On les distingue à peine derrière un impressionnant nuage de poussière…En Vendée, Les moissonneuses batteuses sont à l’ouvrage . Les récoltes ont commencé plus tôt que les années passées.

Moissonnera ou ne moissonnera pas? Cet agriculteur de Champagné-les-Marais dans le sud Vendée vient toucher son champ de blé. Les épis sont prêts à être récoltés. D’habitude dans ce département, la récolte se fait en juillet .Mais cette année , elle a débuté mi-juin. Fait rare.

Dans la cabine de moissonneuse batteuse, l’agriculteur a les yeux rivés sur ses hectares de blés. Les grains volent partout . Et il remarque que la qualité est moyenne . "Il y a eu de la pluie récemment. Ça abîmé les grains. Mais point de vue rendement, on n’est pas trop mal". Et pour cause, sur cette parcelle, la terre est argileuse ce qui expliquerait le bon rendement

Terre argileuse égale bons rendements

Car ici, nous somme à quelques kilomètres du Marais Poitevin. Les sols argileux retiennent bien l’eau. "Nos moissons seront bonnes cette année, pas comme chez nos voisins de la plaine où pour eux c’est plus critique. La plante s’est tarie rapidement et les grains sont tous petits" ,continue David Renoux, un collègue agriculteur.

Contrairement aux idées reçues, la météo ne serait donc pas le seul critère à agir sur la qualité et la maturité du blé. La consistance de la terre jouerait un rôle primordial. Pour François Renoux, agriculteur dans la plaine du sud Vendée, ses rendements sont 20% en dessous de la moyenne cette année sur ses sols les moins riches.

Terre légère de la plaine souffre du manque d'eau

Et il peut comparer car il exploite des champs qui ont deux types de sols différents. "Dans la plaine, la terre est légère et elle a énormément souffert de la sécheresse ainsi que des températures caniculaires. En revanche, dans les parcelles qui ont pu être irriguées grâce aux réserves de substitution ( les bassines) , les récoltes sont très correctes."

Dans ce coin de Vendée, le blé sera essentiellement transformé en farine alimentaire , semoule et pâtes.

Voir ou revoir le reportage vidéo de la rédaction ici:

Avec le changement climatique, les agriculteurs doivent s’adapter en permanence aux aléas météorologiques.