La Roche-sur-Yon : des fauconniers pour effaroucher les étourneaux

Les fientes sur les trottoirs et le pépiement nocturne des étourneaux gênent plus d’un riverain sur les boulevards du Pentagone à la Roche sur Yon. Une énième campagne d’effarouchement se tient jusqu’à ce mercredi soir, mai cette fois-ci avec des rapaces.
Justine, fauconnière avec l'une des buses de Haris qui intervient à la Roche-sur-Yon pour effaroucher les étourneaux.
Justine, fauconnière avec l'une des buses de Haris qui intervient à la Roche-sur-Yon pour effaroucher les étourneaux. © Phoenix effarouchement

"Les boulevards notamment  d’Angleterre et Briand sont bordés de platanes et constituent un dortoir très apprécié des étourneaux , qu’ils viennent occuper tous les ans à partir de mai jusqu'à novembre", écrit la ville de la Roche sur Yon dans  un communiqué.

Face aux nuisances provoquées par les étourneaux, elle a donc décidé de faire de nouveau appel à une entreprise de fauconnerie. C’est la troisième fois. Mais c’est la quinzième campagne d’effarouchement organisée dans le centre ville.

" La Roche-sur-Yon est sur un couloir migratoire très important d’oiseaux entre le nord et le sud. Des millions passent ici chaque année."

Nicolas Noailles, co-gérant Phoenix effarouchement

"C’est pourquoi beaucoup restent nicher là. En plus, il y a des champs à proximité pour se nourrir le jour .Un vrai garde manger", explique Nicolas Noailles, co-gérant de la société Phoenix effarouchement.

Entre 50 et 60 000 étourneaux en ce moment dans les arbres yonnais

En ce moment, selon les comptages, il y aurait entre 50 et 60000 étourneaux dans les arbres yonnais. Le double par rapport au mois de novembre . Il faut donc agir. "C’est plus compliqué de les déloger l’été car les arbres sont tous en feuilles", précise la Mairie.

Pendant trois soirs, deux fauconniers avec deux buses de Haris entrent en scène à la nuit tombée.

"Ces buses sont les seules rapaces capables de travailler de nuit. Elles s’accommodent très bien de l’éclairage public", souligne Nicolas Noailles.

Effrayer en leur fonçant dessus

Pendant trois soirs, ces prédateurs vont aller à la chasse dans les arbres. " Leur but est d’effrayer les étourneaux en leur fonçant dessus, comme si elles allaient les capturer pour les manger. Les oiseaux stressés s’en vont plus loin. Et on recommence dans les autres arbres" , continue le fauconnier.

L’équipe peaufine son  travail d’effarouchement avec des tirs de  fusées pyrotechniques pour désorganiser les groupes d’étourneaux en envol.

Un oiseau rejette 50 grammes de fiente par nuit

Ces campagnes d’effarouchement ne sont-elles pas vaines ? " Non ", selon ce spécialiste.

"Si on ne faisait rien, les étourneaux stationneraient ici longtemps et occasionneraient des dégâts importants à long terme. Par exemple, un oiseau rejette  50 g de fiente par nuit. Imaginez la quantité à nettoyer pour les services techniques d’une ville. Du côté de Luçon, j’ai vu  un quartier avec des arbres sans branches. Elles cédaient sous le poids de milliers d’étourneaux agglutinés dessus" , détaille  le fauconnier.

Une nouvelle campagne d’effarouchement est d’ores et déjà  programmé à la Roche -sur-Yon pour cet automne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement animaux nature