Vendée : le lait de chèvre intéresse les Chinois

Pendant deux jours, des distributeurs chinois sont reçus en Vendée. Ils ont visité le site de l'Union laitière de Maillezais. Ils commercialisent des boites de lait en poudre de chèvre. Depuis 2019, 21 600 boites ont été vendues en Chine. Un marché en plein développement. 
Armés de leurs smartphone et de leurs caméscopes ils n'ont rien perdu de cette visite, car ce qui les intéresse ce sont les process de fabrication de la poudre de lait de chèvre, un produit dont raffole les seniors. La coopérative qui les accueille est l'une des plus anciennes de la région.

Créée fin du XIXesiècle, l'Union laitière de la Venise verte (ULVV) travaille avec des dizaines de producteurs vendéens de lait de chèvre et de vache. Elle est même une des six usines françaises agréées, depuis 2015, par les autorités chinoises qui importent de la poudre de lait infantile et la seule laiterie à exporter du lait de chèvre. 

Une entreprise moderne 

Delphine et Julien, font partis de ces producteurs. Agriculteurs, il y a un an ils décident de se diversifier. Aujourd'hui, ils possèdent 200 chèvres. Ils revendent 18 000 litres de lait à la coopérative chaque mois. Jamais, ils n'auraient imaginé parler business avec un importateur chinois. Une conversation si fructueuse, que ce dernier souhaite importer des petites chèvres vendéennes, en Chine. 

Vertus du lait 

Marie Noëlle Poiret, responsable qualité de la coopérative, explique que les chinois sont friands de lait de chèvre car dans leur pays il n'y en a pas beaucoup et surtout parce que ce lait comporte des vertus reconnues dans la médecine chinoise. A cela s'ajoute la sécurité sanitaire que garantissent les multiples contrôles des services sanitaires français. 

Un marché en devenir 

Le marché est prometteur, à terme 10 containers contre seulement 2 aujourd'hui pourraient partir chaque mois. Une garantie financière pour éleveurs et les producteurs de laits vendéens. 
 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie