Vendée : la mauvaise récolte des céréales met les agriculteurs en difficulté

Pour les agriculteurs de Vendée, la récolte des céréales de l'été 2020 fait déjà figure de plus mauvaise récolte, trop de pluie, trop de sécheresse, la production a baissé de 45% et les revenus aussi. Ils attendent que les pouvoirs publics et l'Europe leur viennent en aide.
La récolte des céréales en Vendée et Deux-Sèvres en baisse de 45% en 2020, du fait des mauvaises conditions climatiques
La récolte des céréales en Vendée et Deux-Sèvres en baisse de 45% en 2020, du fait des mauvaises conditions climatiques © Josselin Clair / MAXPPP
La pire récolte depuis bien longtemps ! Des pluies diluviennes à l'automne 2019, et une chaleur record dès le printemps 2020. Des conditions climatiques inédites et dévastatrices pour la culture des céréales.
 

Moitié moins de revenu

"L'expérience des plus anciens, nous dit que cela fait 30 ans que nous n'avons pas eu des conditions météorologiques aussi défavorables pour le grain", explique Adrien Caufment, responsable du marché des céréales à la CAVAC (Coopérative Agricole Vendée Approvisionnement Céréales).

Blé tendre, blé dur, orge, ou colza, si à Sainte-Gemme-la-Plaine, les silos sont remplis à 70% de leurs capacités, ailleurs ce n'est pas le cas !

Dans les départements de Vendée et des Deux-Sèvres, la baisse serait globalement de moins 45% ! Il sera difficile de répondre à la demande.

"Les conséquences sont multiples, un volume plus faible, et donc un marché et des clients locaux, qui vont être plus difficiles à approvisionner, mais la conséquence la plus dramatique, ce sera pour les adhérents de la coopérative, pour eux, avec des prix qui ont stagné par rapport à l'année dernière, ce sera moitié moins de revenus", poursuit Adrien Caufment.
Vendée : la mauvaise récolte des céréales met les agriculteurs en difficulté
 

Un appel à l'Europe

Bertrand Mitard est syndicaliste, responsable de la section grande culture à la FDESEA-85, et producteur. Il a fait ses comptes, la perte se chiffre à 20 000 euros ! Pour éviter des futures fermetures d'exploitations, une seule solution de son point de vue, il faudra créer un fond de soutien national et réaliser un rééquilibrage européen de la PAC, la Politique agricole commune.

"Si on a moins de volumes à vendre, on a forcément moins d'argent à rentrer, donc à court terme on va avoir des besoins importants de trésorerie pour repartir et resemer la prochaine campagne. Les céréaliers ont perdu au niveau des aides de la PAC à la dernière réforme. La France est l'un des premiers pays producteurs en Europe, donc il faut qu'on fasse jouer cette puissance-là".

Il y a deux semaines, le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, en visite en Vendée, s'était dit à l'écoute du monde paysan, les producteurs de céréales attendent désormais des annonces concrètes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie intempéries climat