Cet article date de plus de 6 ans

Le Rétro Zap du 17 février

Chaque jour, France 3 Toutes régions vous propose d'embarquer dans sa machine à remonter le temps.
Événements internationaux ou simples anecdotes, revivez grâce aux archives de l'INA, quelques uns des faits qui ont marqué l'Histoire ... La petite comme la grande !"
© FTR

Au sommaire de notre Rétro Zap du 17 février 2015


En 1934, Le roi des Belges, Albert 1er, se tue dans un accident de montagne - Du 17 au 24 février 1946, le gouvernement français lance une campagne d'aide à l'enfance - Le 1er numéro de l'émission "Mon papa et moi" en 1969.

Images tirées des archives télévisuelles de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel)
Rétro Zap du 17 février 2015

1934 : Décès d'Albert 1er, roi des Belges

Passionné d'alpinisme, le roi des Belges, Albert 1er, se tue en escaladant les rochers de Marche-les-Dames (Namur) en Belgique.


1946 : Campagne d'aide à l'enfance

Du 17 au 24 février 1946, le gouvernement français organise une campagne pour venir en aide aux enfants victimes de la guerre et du nazisme.


1969 : 1er numéro de "Mon papa et moi"

Première émission télévisée de "Mon papa et moi". Ce jeu met en compétition un père et son fils à travers cinq séquences faisant appel à l’esprit d’observation ainsi qu’à la mémoire des participants.



Mais aussi, quelques autres dates à retenir...

17 janvier 1863 : Création du Comité International de la Croix Rouge

En 1859, Henry Dunant est un jeune entrepreneur suisse en Algérie. Il se bat pour obtenir certaines autorisations pour développer sa société. Les autorités coloniales sont si peu coopératives qu’il décide de s’adresser directement à l’empereur Napoléon III en campagne contre les Autrichiens dans le Nord de l’Italie. Ignorant l’atrocité du conflit, Henry Dunant se rend à Solferino où se trouve le quartier général de l’empereur.

Il ne parvient pas à rencontrer celui-ci mais se retrouve projeté sur le champ de bataille après la fin des combats. Des milliers de soldats sont morts abandonnés sans sépultures. Des milliers de blessés ont été laissés pour compte, gisant dans d’insupportables douleurs. Henry Dunant est là, c’est le choc. Aidé par la population locale, il improvise des secours qui viennent en aide aux blessés des deux camps, sans discrimination.

Bouleversé, transformé, il n’est plus question d’investissement commercial pour le jeune genevois qui s’inscrit dans un engagement humaniste. Travaillant en toute neutralité, il réfléchit à l’organisation d’une assistance aux blessés de guerre. Henry Dunant porte ses idées au public dans un livre publié en 1859 : "Un souvenir de Solferino". Il y formule plusieurs propositions concernant la création d’une "Société internationale de secours".

Henry Dunant est entendu. Ses écrits suscitent une réflexion autour des fondements de l’aide humanitaire. Quatre ans plus tard, le 17 février 1863, le Comité international et permanent de secours aux blessés militaires (futur Comité International de la Croix Rouge-CICR) est fondé  autour de ses idées. Mais Henry Dunant ne s’arrête pas là. En quelques mois il réunit seize États au centre d’une conférence diplomatique qui aboutit à la signature de la 1ère Convention de Genève, le 22 août 1864.

Lire le document : 1939-1945 : le CICR face à l'holocauste
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs zapping société