Cet article date de plus de 7 ans

Nord-Isère: l'épave de l'hélicoptère disparu retrouvée dans un lac gelé

L'épave d'un hélicoptère privé, disparu depuis vendredi soir, a été repérée samedi en fin de matinée près de Châtonnay, a-t-on appris auprès de la Préfecture. C'est un promeneur qui a signalé la présence de nombreux débris à proximité d'un lac, en partie gelé. 
Les recherches menées par les gendarmes (02/03/13)
Les recherches menées par les gendarmes (02/03/13) © A.Henry
Les équipes de gendarmes et de pompiers se sont rendues sur place et ont confirmé que les débris provenaient bien de l'appareil. L'épave de l'hélicoptère, immergée dans l'étang, restait toutefois inaccessible samedi en fin de matinée. Des recherches techniques ont été entreprises pour retrouver le corps du pilote. Le corps a été remonté à la surface. 
Pour l'heure, les causes de l'accident sont encore inconnues. Deux enquêtes ont été ouvertes : une enquête judiciaire sous l'autorité du parquet de Vienne et des investigations techniques sont menées par le BEA. 

Des recherches menées par les plongeurs de la gendarmerie dans un lac près de Châtonnay
Des recherches menées par les plongeurs de la gendarmerie dans un lac près de Châtonnay © A.Henry


Agrandir le plan


La dernière trace radar a été enregistrée vendredi à 12h41

L'appareil, de type Alouette III, avait décollé vendredi à la mi journée d'Avignon (Vaucluse) et se rendait à Chambley (Meurthe-et-Moselle). Il devait faire escale à Beaune (Côte-d'Or) pour y prendre du carburant, mais les radars ont perdu sa trace alors qu'il se trouvait à hauteur de Châtonnay, près de la Tour-du-Pin, dans le nord- Isère. L'hélicoptère, qui sortait de révision, était piloté par un homme de 65 ans, "plutôt expérimenté", selon la Préfecture.

Interrompues vendredi soir par la nuit, les recherches ont repris samedi matin, dès le lever du jour, autour de la commune de Châtonnay. Mais elles ont été rendues difficiles en raison d'un épais brouillard enveloppant la zone. Une quarantaine de gendarmes, pompiers et volontaires quadrillaient un périmètre de plusieurs kilomètres carrés dans ce secteur très vallonné, boisé et parsemé de petits lacs, situé à plus de 500 mètres d'altitude et dont le sol est enneigé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers