• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Encore un sursis pour les 168 salariés de la fonderie DMI de Vaux (03)

Les 168 salariés de la fonderie de Vaux (Allier) pensaient être fixés sur leur sort mardi. Ils devront patienter jusqu'au 14 mars prochain. Ainsi en a décidé le tribunal de commerce de Montluçon. / © Christian Darneuville
Les 168 salariés de la fonderie de Vaux (Allier) pensaient être fixés sur leur sort mardi. Ils devront patienter jusqu'au 14 mars prochain. Ainsi en a décidé le tribunal de commerce de Montluçon. / © Christian Darneuville

En redressement judiciaire depuis le 24 juin 2012, le sort de la fonderie de Vaux (Allier), aurait dû être scellé mardi par le tribunal de commerce de Montluçon. Ce dernier a décidé de poursuivre la période d'observation de la procédure judiciaire jusqu'au 14 mars prochain.

Par Evelyne Rimbert

Ils étaient prêts à tout pour attirer l'attention des pouvoirs publics et arriver à sauver leur usine. Même à la faire sauter avec des bombes artisanales...
Les 168 salariés de la fonderie DMI de Vaux, dans l'Allier, sont au bout du rouleau. Le 4 mars ils ont bloqué les voies de la gare de Montluçon, entre 10 heures et 12 heures. Une action de plus la veille du Jour "J" . C'est en effet le 5 mars à 14 heures que leur sort aurait dû être fixé par le tribunal de commerce de Montluçon.
Ce dernier a préféré jouer la carte du sursis. Le tribunal a décidé de la poursuite de la période d'observation de la procédure judiciaire jusqu'au 14 mars prochain.

Deux repreneurs en lice

En attendant, deux repreneurs sont sur les rangs. L'italien Gianpierro Colla et un autre candidat qui s'est présenté mardi, donc trop tard. Les 2 candidats à la reprise ont jusqu'au 8 mars pour présenter leur projet respectif.

Sur le même sujet

Jean-François Barnier, président des Maires de la Loire

Les + Lus