Constellium mise sur un alliage de haut vol

Ces imposants lingots d'aluminium, qui pèsent 7 tonnes, servent à fabriquer une partie des Airbus A350, sur le site de l'usine Constellium à Issoire.
Ces imposants lingots d'aluminium, qui pèsent 7 tonnes, servent à fabriquer une partie des Airbus A350, sur le site de l'usine Constellium à Issoire.

L'entreprise implantée à Issoire inaugurait mardi 26 mars sa nouvelle fonderie AIRWARE. Un investissement de 52 millions d'euros pour produire un nouveau matériau qui entrera dans la fabrication du futur Airbus A 350.

Par Sandrine Montéro

C'est le seul site de production au monde, et il est basé à Issoire. A l'abri des caméras - secret industriel oblige! - l'usine Constellium accueille deux fours destinés à la production d'un nouveau matériau pour l'aéronautique : un alliage à base d'aluminium et de métaux rares, qui présente bien des avantages, selon l'entreprise. "Aujourd'hui, les avions sont hybrides. Vous avez du composite, du métal et Airware est la phase la plus avancée de la technologie métallique, plus légère, recyclable, plus performante", explique Christophe Villemin, le président de la division aéronautique chez Constellium.

Un produit de haut vol qui va entrer dans la fabrication du fuselage et des ailes du prochain Airbus. "La technique Airware nous apporte sur notre nouvel appareil A350 un gain de masse, une meilleure longévité du produit, des caractéristiques mécaniques, une tenue à la corrosion qui sont les éléments fondamentaux recherchés dans les alliages d'aluminium", détaille Eric Zanin, directeur des opérations d'Airbus.

52 millions d'euros ont été investis dans la construction de cette fonderie Airware, un investissement  dont se réjouissent les salariés, même si des manifestants ont profité de cette inauguration pour dénoncer des conditions de travail jugées de plus en plus difficiles.
Constellium et la fonderie Airware
Reportage de Philippe Marmy et Eric Taxil


Sur le même sujet

Les + Lus