• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Vichy, Claude Bartolone rend hommage aux 80 parlementaires qui ont dit “non” à Pétain

Le 10 juillet 2013, 73 ans après que sénateurs et députés aient accordé les pleins pouvoirs à Philippe Pétain, le président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone, a rendu hommage à Vichy aux 80 parlementaires qui ont dit "non" ce jour-là.
Le 10 juillet 2013, 73 ans après que sénateurs et députés aient accordé les pleins pouvoirs à Philippe Pétain, le président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone, a rendu hommage à Vichy aux 80 parlementaires qui ont dit "non" ce jour-là.

Le 10 juillet 1940, députés et sénateurs donnaient, à une large majorité les pleins pouvoirs à Philippe Pétain dans une France occupée. Mais quatre-vingt parlementaires vont voter contre cette proposition. Mercredi, Claude Bartolone a assisté à l'hommage qui leur était rendu à Vichy.

Par Stéphane Moccozet

Le 10 juillet 1940, sénateurs et députés sont réunis à Vichy pour adopter une proposition de révision de la Constitution. Ils sont 669 à voter. Vingt s'abstiennent et quatre-vingt se prononcent contre l'unique article qui accorde les pleins pouvoir au Maréchal Pétain, tout juste nommé président du Conseil. Voilà ce que disait le texte : "L’Assemblée nationale donne tout pouvoir au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes une nouvelle constitution de l’État français. Cette constitution devra garantir les droits du Travail, de la Famille et de la Patrie. Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les Assemblées qu’elle aura créées. La présente loi constitutionnelle, délibérée et adoptée par l’Assemblée nationale, sera exécutée comme loi de l’État."

Ce jour-là est né le Régime de Vichy, il mourra quatre ans plus tard, le 20 août 1944. 357 députés et 212 sénateurs ont voté en faveur de cette modification de la constitution mais 80 autres parlementaires, 57 députés et 23 sénateurs, ont voté contre. Le Général de Gaulle parlera d'eux comme des "premiers résistants". Soixante-treize ans plus tard, un hommage leur a été rendu à Vichy, devant l'entrée du Casino où le destin de la France a basculé un jour de l'été 1940. Le président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone, a assisté à la cérémonie estimant qu'il fallait "que ce qu'a réussi à faire une minorité de parlementaires, malgré la pression, il faut savoir le transcender pour que ça puisse servir de modèle".

80 parlementaires contre Pétain en 1940
Reportage de Julien Le Coq et Eric Taxil. Intervenants: Claude Bartolone (président de l'Assemblée Nationale), Mathias Bernard (Historien Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand)

 

Sur le même sujet

RUGBY. Le HAKA des joueuses des néo zélandaises

Les + Lus