De nouveaux éléments dans le crash du monomoteur à Vertaizon

C'était le 8 août dernier. Trois personnes trouvaient la mort dans le crash d'un jet près de Vertaizon. Douze jours plus tard, les causes de l'accident restent toujours indéterminées. On sait juste que le pilote avait de l'expérience.

Sur le pilote, on connaissait simplement son âge, 73 ans. On en sait un peu plus sur lui et son itinéraire. On vient d'apprendre qu'il avait embarqué ses deux passagers à Tossus-le-Noble, dans les Yvelines et qu'il devait faire une escale à Clermont-Ferrand, avant de rejoindre Biarritz.

A l'approche de l'aéroport d'Aulnat, le pilote est monté à 6000 pieds avant de retomber en piqué. Si les enquêteurs ne connaissent toujours les circonstances de l'accident, ils savent que le pilote n'était pas un débutant. Il avait obtenu sa licence en 2009 et comptait près de 600 heures de vol. Il ne manquait donc pas de pratique, notamment sur son appareil acquis au printemps dernier, un TBM 850, un monomoteur.
Sur cet avion, le septuagénaire avait effectué douze heures de formation, vingt-cinq heures de vol accompagné et six longs trajets en solo.

L'enquête, confiée à la gendarmerie des transports aériens, reste ouverte.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers