Hollande va parler de la mise en œuvre de la PAC en France à Cournon mercredi (FNSEA)

François Hollande donnera mercredi des détails sur l'application de la politique agricole commune (PAC) en France, lors de sa visite au Sommet de l'élevage à Cournon d'Auvergne (Puy-de-Dôme), a-t-on appris mardi auprès du président de la FNSEA.

François Hollande à Rennes, le 11 septembre 2012, en compagnie de l'ancien président de la FNSEA, Jean-Michel Lemetayer
François Hollande à Rennes, le 11 septembre 2012, en compagnie de l'ancien président de la FNSEA, Jean-Michel Lemetayer © AFP PHOTO POOL DAVID VINCENT
"Il m'a confirmé qu'il souhaitait, dans son discours, s'exprimer sur la mise en œuvre de la PAC en France", a expliqué à l'AFP Xavier Beulin, à l'issue d'un entretien à l'Elysée avec le président et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.
 
Lors de cette entrevue, le président du syndicat majoritaire des agriculteurs a rappelé ses doléances sur l'application de la future PAC (2014-2020). "Ce qui me paraît positif, c'est que le président souhaite que cette PAC contribue pleinement à la compétitivité de l'agriculture française et à rééquilibrer, à conforter l'élevage français", a expliqué le syndicaliste. Mais les discussions bloquent encore sur "deux points fondamentaux": la surprime des 52 premiers hectares, âprement défendue par Stéphane Le Foll mais rejetée par la FNSEA, et le niveau de convergence des aides, la FNSEA plaidant pour une convergence à 60% alors que la piste d'une convergence à 100% est envisagée, détaille Xavier Beulin. "C'est un sujet de redistribution mais aussi d'équité entre agriculteurs", a-t-il ajouté.
           
Pour le gouvernement, la nouvelle PAC doit être l'occasion de réorienter les aides en faveur de l'élevage --dont de nombreuses productions sont en grandes difficultés-- et de l'emploi, sans déséquilibrer d'autres secteurs ou les exploitations les plus florissantes. Stéphane Le Foll a donc proposé le "paiement redistributif" ou surdotation aux premiers hectares, destinée à soutenir les petites et moyennes exploitations, souvent riches en emploi.
           
Par ailleurs, la Commission européenne souhaite que les aides "convergent" vers une valeur uniforme par hectare au plus tard en 2019 pour mettre fin aux grandes disparités. La moyenne de l'aide à l'hectare en France est de 268 euros en 2012, mais elle varie de 150 à 375 euros selon les cas. Le ministère souhaite un transfert au profit des éleveurs mais le taux reste à discuter.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
le sommet de l'élevage agriculture politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter