Anna Giunti, éleveuse italienne est venue, a vu et repart convaincue

Anna Giunti élève des bovins près de Florence, en Italie. C'est la première fois qu'elle venait au Sommet de l'Elevage, elle espérait trouver là des idées pour améliorer ses méthodes de travail et la qualité de la viande qu'elle produit. Mission accomplie.

Par Béatrice Nguyen

Arrivée il y a trois jours avec son mari, Anna Giunti a profité pleinement de son passage en Auvergne : "Nous avions lu sur un journal en Italie que c'était une manifestation très importante, qu'il y avait des gens venus du monde entier. Nous avons profité des visites organisées par le Sommet dans la région. Nous avons visité tous les jours une ferme, le matin et l'après-midi, nous avons vu les races Charolaise,  Salers,  Brune et aussi Limousine. Nous aurions aimé faire beaucoup d'autres visites  mais nous n'avons pas eu le temps ! "

Ces éleveurs italiens sont venus  avec un objectif : trouver des techniques, des idées, du matériel pour faire progresser leurs méthodes de travail et leur production : "Nous sommes éleveurs de Chianina... C'est une race un peu marginale, pas très connue... C'est la préférée des Italiens, elle donne une viande magnifique,  très maigre . C'est comme ça que les Italiens aiment le boeuf, c'est le contraire pour le cochon !  Le meilleur jambon est très gras. Nous avons vu la race Aubrac c'est une race très intéressante car très rustique, et en Italie, dans  beaucoup de régions où les conditions d'élevage sont dfficiles, elle pourrait être idéale car elle s'adapte très facilement".

Herbe et qualité

"Ce qui nous a étonnés ici, poursuit Anna c'est que c'est une région très riche en herbe, les champs sont toujours verts et les vaches vont manger dans les champs.  Nous aimerions faire la même chose ! Pour cela, je pense que nous allons devoir semer. Nous avons pris des renseignements sur beaucoup de matériel, pour travailler et aérer la terre. Nous avons vu un modèle que nous allons certainement acheter très vite".
"Nous voulons atteindre le top de la qualité pour notre production. Et je pense que, pour cela,  les animaux doivent manger de l'herbe. C'est là qu'ils trouvent vitamines sel minéral...C'est leur aliment naturel. Mais il faut avoir beaucoup d'herbe, et en Italie c'est difficile, il y a un climat très chaud et l'été très sec. Nous travaillons sur de petites exploitations, les terrains sont petits...Ce n'est pas facile... En tout cas c'est sûr,  nous allons chercher comment avoir plus d'herbe pour nos bêtes, c'est ce que j'ai décidé après avoir vu ce Sommet de l'Elevage".



l

Sur le même sujet

Les + Lus