Le Thiers fête ses 20 ans

"Le Thiers" a 20 ans! Inventé par une poignée de couteliers, ce couteau fermant qui porte le nom de la capitale de la coutellerie française a mis 10 ans pour s'imposer et damer le pion à un autre couteau : le Laguiole. Désormais, 51 entreprises déclinent "le Thiers" et ses différents modèles.

Par Claude Fallas avec Philippe Marmy

L'histoire commence avec une poignée de couteliers qui créent la confrérie du couteau de Thiers et se mettent en tête d'inventer un nouveau couteau. Tâche ardue. 


 / ©

Robert Chazeau est un des premiers couteliers à y croire.  L'entreprise familiale fabrique depuis 1854 des couteaux, dix modèles différents, sans compter des fabrications spéciales pour la Guyane ou l'Afrique de l'Ouest. Pour lui, le Thiers est une aubaine. 20 ans plus tard, il ne regrette rien.




Il y a 20 ans, une poignée de couteliers
 / © seulement croyaient au Thiers. La grande majorité était sceptique. Chez les Chazeau-Honoré, ce sont désormais les enfants, Franck et Nicolas, qui jouent sur l'image du Thiers. Ils en produisent 12 modèles différents, avec ou sans tire-bouchon. Leur dernière création, le couteau au couleurs de  l'ASM, un succès.


Après des débuts difficiles, le Thiers est devenu l'emblème de toute une montagne. Un couteau exclusivement fabriqué en pays thiernois. Nul ne peut le fabriquer sans avoir apposé sa signature sur la table de marques et adhéré à la confrérie. Une garantie absolue pour le consommateur.




Il s'est lancé dans la fabrication du Thiers en 2011. Fred VERDIER est le dernier coutelier à  avoir apposé sa marque sur la table de la confrérie. Pour l'instant, Fred Verdier propose 4 modèles de poche ou de table qu'il vend sur son site internet ou directement à son atelier. Ici, ouvrier et apprenti soignent la finition. Résultat en moins de 2 ans, le Thiers représente 20% du chiffre d'affaire de l'entreprise.

Conséquence inattendue de la réussite économique du Thiers, une initiative de tourisme solidaire emploie 8 salariés en CDD. Objectif : permettre à  des demandeurs d'emploi de se former,  de développer des projets professionnels. L'atelier ouvert au public d'avril à septembre permet aux touristes de monter leur propre Thiers.

51 entreprises fabriquent aujourd'hui le Thiers dans le bassin thiernois. Une réussite économique qui réjouit ceux qui ont porté à bout de bras un projet qui en 20 ans a réussi à fédérer la profession.
Le Thiers fête ses 20 ans
Reportage : Philippe Marmy, René Thévenot. Intervenants : Jean-Pierre TREILLE dit "le Blaise" (inventeur duThiers), Robert CHAZEAU (Coutellerie Honoré-Chazeau), Pierre St JOANIS, Nono GORCE, Blaise, Fred VERDIER (coutelier au Pont de Celles), Michel FALCOTET (formateur Inserfac)


Règles et statuts de la Jurande du Couté de Tié

1582 : 1ère jurande des couteliers thiernois
1994 : le Thiers  .... 4 ème jurande

Jurande : Sous l'ancien régime, groupement professionnel autonome, avec personnalité juridique propre et discipline collective stricte, composé de membres égaux unis par un serment. (Petit Larousse)

La Confrérie du Couté de Tié s'est dotée d'une jurande qui reprend, en les modernisant, les concepts qui ont fait la force et la qualité de la coutellerie thiernoise en particulier au cours des siècles précédents. Chaque coutelier qui souhaite fabriquer "le Thiers" doit s'engager à respecter le règlement de la jurande. Un conseil de jurande est chargé de veiller au respect du règlement et des statuts. Ce conseil de jurande délivre en particulier les autorisations de fabrication et de commercialisation du Thiers.

La jurande, une charte de qualité au bénéfice du consommateur
         (extraits du règlement de jurande)

  • Le Coutelier devra justifier de cinq années d'activité coutelière.       
  • Le graphisme ou le prototype déposé par le candidat Coutelier devra avoir reçu l'agrément de la Confrérie sur décision du Conseil de Jurande.
  • Chaque coutelier adhérent au pacte de Jurande devra apposer sa propre marque sur les tables de marques et matricules instituées par la Confrérie.
  •  
  • Pour pouvoir procéder à la fabrication et à la commercialisation du couteau "Le Thiers", le coutelier s'oblige à faire figurer sur le couteau la marque "Le Thiers" ainsi que le poinçon "T."
  •  
  • En aucun cas, le coutelier ne pourra effectuer ou faire effectuetr des opérations se rapportant à un rang quelconque en dehors du bassin coutelier thiernois.
  •  
  • Le coutelier sera tenu de fabriquer le couteau "le Thiers", et dans tous ses composants à partir de matériaux reconnus de qualité par l'ensemble de la confrérie.
  •  
  • Pour permettre également le suivi de la qualité, le coutelier déposera, dès la phase de commercialisation de son couteau et au siège de la confrérie, un exemplaire de chaque modèle agréé.
  • Il déposera par ailleurs une fiche technique décrivant les composants du couteau et leur provenance.

Sur le même sujet

Romain Bardet donne son nom à 2 parcours cyclo dans le Cantal

Les + Lus