Cet article date de plus de 7 ans

Au Conseil Général du Puy-de-Dôme, une Session Extraordinaire contre la Réforme Territoriale

François Hollande propose de supprimer les départements en 2020. La réplique du Conseil Général du Puy-de-Dôme est claire, en votant à une large majorité une résolution qui dénonce les "contradictions", les "incohérences" et le "manque de lisibilité" de la réforme territoriale du chef de l'Etat. 
En convoquant une session extraordinaire du Conseil Général du Puy-de-Dôme le 6 juin, le président PRG Jean-Yves Gouttebel a pris la défense des départements qui garantissent la proximité et la solidarité dans les territoires ruraux.
En convoquant une session extraordinaire du Conseil Général du Puy-de-Dôme le 6 juin, le président PRG Jean-Yves Gouttebel a pris la défense des départements qui garantissent la proximité et la solidarité dans les territoires ruraux. © Arthur John
Les socialistes se sont retrouvés bien isolés au moment du vote de la résolution : Sur 61 conseillers généraux, 9 membres seulement du groupe PS ont défendu la réforme territoriale du Président de la République. Ils ont préféré ne pas prendre part au vote, alors qu'une majorité des élus a suivi Jean-Yves Gouttebel le président PRG qui s'est érigé en défenseur des départements.

La session extraordinaire convoquée le 6 juin par le président du Conseil Général s'est transformée en séance de critique aigüe du projet d'organisation des territoires voulu par François Hollande. Ce dernier a pris ses ciseaux pour créer 14 nouvelles grandes régions, tout en maintenant la suppression des départements à l'horizon 2020.

"Regrettable" c'est le mot répété à maintes reprises par Jean-Yves Gouttebel pour juger ce projet : "Il est regrettable que l’annonce d’une réforme de l’organisation territoriale du pays n’ait été précédée d’aucune concertation, avec les associations d’élus notamment. (...)  Regrettables les hésitations, les atermoiements, les annonces contradictoires qui donnent un sentiment d’impréparation, d’improvisation, de précipitation." 

L'argumentaire sur les économies budgétaires utilisé par les partisans de la réforme ne séduit pas davantage le président du Conseil Général. "Il y aurait trop d’élus, trop de fonctionnaires territoriaux ; ils coûteraient trop cher… Donc il faut supprimer ! Et pour que ce soit bien visible, il faut supprimer carrément un échelon de collectivité ! Vu de Paris, le Département est la victime toute désignée ! Qui va gérer les collèges, les routes, les transports interurbains et scolaires ? Les régions, nous dit-on. (...) Faudra-t-il se rendre à Lyon pour régler un problème de déneigement dans le Sancy ou de transports scolaires dans les Combrailles ?"

Pour tenter de peser sur les débats au Sénat et à l'Assemblée, Jean-Yves Gouttebel a décidé d'inviter les parlementaires du Puy-de-Dôme, députés et sénateurs, "pour un échange" le 23 juin. 

durée de la vidéo: 01 min 37
Une Session Extraordinaire contre la Réforme Territoriale

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire politique