Constellium à Issoire : Après un septième suicide en quatre ans, la CGT demande au ministère du Travail d'intervenir (MAJ)

Publié le Mis à jour le
Écrit par Alice Robinet

Le 4 mars dernier, un salarié du service de maintenance de l'usine Constellium à Issoire se suicidait. En quatre ans, c'est le septième salarié du site à s'être donné la mort. "Trop c'est trop", dénonce aujourd'hui la CGT, qui demande au ministère du Travail d'intervenir.

"Les conditions de travail ne cessent de se dégrader comme l’atteste les expertises CHSCT, les enquêtes et rapports de l’inspection du travail" dénoncent les responsables du syndicat C.G.T. de l'usine Constellium d'Issoire, dans le Puy-de-Dôme.



En quatre ans, depuis la mise en place d'une nouvelle organisation, sept salariés du site se sont suicidés. Et les accidents du travail sont nombreux : la C.G.T. en a recensé 46 pour l'année 2014. 

La CGT demande à l'Etat, actionnaire du groupe, d'intervenir 



"La C.G.T., qui dénonce la situation depuis 4 ans, a rencontré le 9 mars dernier le ministère du Travail pour lui demander d’intervenir, sachant que l’Etat est le plus gros actionnaire du groupe avec 12,5% du capital." écrit le syndicat. 



Le secrétaire général métallurgie de la CGT, Frédéric Sanchez, s'est donc déplacé ce lundi matin devant l'usine, pour demander au ministère du Travail d'intevenir.



En juillet 2013, l'entreprise avait déjà reçu une mise en demeure de l'inspection du travail, dans laquelle les problèmes étaient clairement exposés : quantité de travail excessive,  délais irréalistes voir même violences verbales. Et depuis rien ne semble avoir changé.



Frédéric Cuvier et Magalie Canuto.

Intervenants :  

Frédéric Sanchez, secrétaire général de la métallurgie CGT

Christian Lacoste, secrétaire CGT Constellium France.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité