Automobile. Un portique qui détecte les dommages sur les véhicules imaginé à Bourg-en-Bresse (Ain)

La start-up Proovstation a mis au point et commercialisé un portique capable de scanner en trois secondes un véhicule à 360 degrés. Il détecte ainsi tous les dommages sur les carrosseries. Un gain de temps précieux et une réduction de coût pour les distributeurs.

Cette start-up a créé le premier portique mondial capable de détecter les dommages sur un véhicule en 3 secondes, grâce à l'intelligence artificielle
Cette start-up a créé le premier portique mondial capable de détecter les dommages sur un véhicule en 3 secondes, grâce à l'intelligence artificielle © Proovstation.com

Cédric Bernard est le fils du PDG du Groupe Bernard, un important distributeur automobile du Sud Est de la France, basé à Bourg-en-Bresse. "Je suis né dedans, j'ai passé 30 ans dans les garages. Ma passion pour l'automobile, les réparations et tout l'environnement vient clairement de là", confirme-t-il.

C'est dans ce contexte qu'il rencontre les fondateurs de la start-up Weproov, dont la spécialité est une application capable de dématérialiser les états des lieux des voitures avec un smartphone. "On s'est dit qu'ensemble on pouvait être plus ambitieux, et arriver à une automatisation complète de l'inspection d'un véhicule. C'est ainsi que nous avons donné naissance à la société ProovStation."

Au coeur de leur innovation, une idée : industrialiser et standardiser le processus d'inspection des véhicules. Plus de 5 milliards d'inspections sont réalisées dans le monde sur toute la chaîne, aussi bien par les constructeurs, les logisticiens, les distributeurs, et plus tard les loueurs ou les réparateurs.

"Un véhicule aujourd'hui est le seul produit fini transporté sans être emballé. Pas de carton, ni de papier bulle. La voiture est transportée à nu par camion, par bateau ou sur un train. Du coup, vous allez forcément avoir un certain nombre de dommages au cours de l'acheminement." 

Cédric Bernard, ProovStation

Au total, entre l'usine et la livraison au client final, pas moins de 11 inspections sont effectuées par voiture. Sans oublier les autres vérifications durant le cycle de vie du véhicule. 

Un portique qui scanne chaque véhicule en 3 secondes

C'est dans cette tâche répétitive et coûteuse que l'idée de la start-up vient apporter un gain de temps et une baisse des coûts. "Aujourd'hui, il faut environ 30 minutes pour inspecter une voiture. C'est un acte coûteux et partiel, l'erreur restant humaine."

Le portique, -appelé station-, a recours à l'IA (intelligence artificielle). Il permet de scanner un véhicule en 3 secondes. Ensuite, une chaîne algorithmique permet d'identifier, de localiser et de quantifier l'ensemble des dégâts présents sur le véhicule.

"Lorsque vous passerez votre voiture sous le portique, on sera capable de vous dire précisément qu'elle a une rayure de 6 cm sur la portière avant droite, par exemple."

Cédric Bernard

Enfin, le système est conçu pour assurer une traçabilité, il va émettre un rapport géolocalisé, horodaté et sécurisé, qui permettra de savoir à quel endroit et à quel moment un dommage est apparu, dans la chaîne de distribution ou la livraison. "Cela permet de limiter les éventuels conflits qui se créent dès qu'un transfert se passe mal."

Leader en Europe

Proovstation a été la première entreprise au monde à concrétiser cette idée grâce à l'intelligence artificielle. La commercialisation de ces portiques a démarré début 2020. 80 exemplaires ont déjà été vendus. La start-up est leader dans les techniques d'inspection des véhicules en Europe, et a un pied dans 13 pays. Ce qui représente déjà un total de 9 millions d'inspections par an. "Notre ambition est de doubler le volume d'affaires tous les ans."

"Aujourd'hui, on a des concurrents en Allemagne, en Angleterre et en Israël. Ce qui prouve que la demande est forte", reconnaît Cédric Bernard.

Si le siège de l'entreprise est à Lyon, un site est installé à Bourg-en-Bresse (Ain). Nommé "AI Super Factory", il améliore quotidiennement les algorithmes de cette technologie. Au total, ProovStation compte une cinquantaine de collaborateurs mais délègue la fabrication de ses portiques à un partenaire industriel français. 

Lorsqu'il décrit son entreprise, Cédric Bernard est passionné. Belle aventure pour cet autodidacte pas forcément spécialisé, au départ, dans l'intelligence artificielle. "J'ai des associés qui maîtrisent cette matière. Notre réussite est le fruit d'une rencontre entre des collaborateurs très "tech" et des hommes de "business" auto comme moi. Et croyez-moi, c'est utile. Quand vos clients sont des logisticiens qui transportent 300.000 véhicules par an, ils trouvent avantageux de ne pas avoir à expliquer leur métier. Nous, on connait déjà", sourit-il. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
innovation économie automobile