Ain. Des pailles oui... mais des pailles en pâte !

Les bars et restaurants ont jusqu'à fin 2020 pour écouler les stocks de pailles en plastique. Après, il faudra trouver une alternative. Et pourquoi pas des pailles en pâte ? Deux jeunes Aindinois ont eu l'idée, ont lancé la fabrication en Italie, et s'occupent désormais de la commercialisation.

Des pailles / pâtes... les fondateurs de Payapâte commandent en Italie. Ils ont simplement fait modifier la fabrication d'une pâte, qui d'ailleurs n'avait pas trop de succès, pour l'adapter.
Des pailles / pâtes... les fondateurs de Payapâte commandent en Italie. Ils ont simplement fait modifier la fabrication d'une pâte, qui d'ailleurs n'avait pas trop de succès, pour l'adapter. © France 3
Sur la terrasse d'un bar-restaurant de Bourg-en-Bresse, les clients dégustent leurs cocktails avec des pailles en pâte ! La forme d'un spaghetti, le diamètre d'un macaroni, le tout sans goût particulier, la formule séduit. "Plus on réduit le plastique, mieux c'est. C'est très bien qu'il y ait de bonnes idées qui viennent sur le marché", explique une cliente.

Mathieu Laurençon et Romain Clerc aiment entendre ce genre d'encourgaments. Ce sont les deux fondateurs de la société Payapâte. Ils n'ont qu'une vingtaine d'années, sont issus d'écoles de commerce de la région lyonnaise mais sont originaires de l'Ain où ils ont eu leurs premiers clients. 

C'est d'ailleurs dans leur département qu'ils entreposent un stock d'un million de pailles, qui a mis du temps à arriver en raison de la Covid. Ils ont confié la préparation des commandes à un logisticien de Saint-Vulbas... emballé. "Le courant est tout de suite passé, même s'ils n'ont que 20 ans ils sont crédibles et ont surtout un produit crédible, respecteux de l'environnement", explique Benoît Odier, chargé du développement chez "Astr'in Logistique". 
 
La société peut enfin prendre de l'ampleur. Jusqu'à présent, Mathieu préparait les commandes dans sa chambre !

Un engagement "éco-citoyen"

"Pour nos clients, acheter des pailles en pâte c'est un réel engagement éco-citoyen, c'est pas un vain mot ! Il faut comprendre que les pailles en plastique étaient, la plupart du temps, offertes par les fournisseurs de boissons. Là, les patrons de bars doivent les acheter, entre 2 et 4 centimes la paille suivant la quantité, c'est donc un geste volontaire", détaille Mathieu Laurençon.  

Reportage Franck Grassaud et Florent Motey
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
innovation économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter