Déconfinement : dans l'Ain, les commerces et les restaurants se préparent à rouvrir le 19 mai

A partir du 19 mai, les restaurants et les commerçants pourront ouvrir à nouveau avec un protocole précis, mais déjà les professionnels se préparent activement pour cette journée cruciale. Dans l'Ain, les magasins de vêtements finissent les derniers préparatifs pour ouvrir à temps.

Les magasins de Bourg-en-Bresse (Ain) se préparent pour leur réouverture mercredi 19 mai, avec un protocole très précis, pas plus de quelques personnes par m2. En cas d'affluence il faudra donc patienter dehors.
Les magasins de Bourg-en-Bresse (Ain) se préparent pour leur réouverture mercredi 19 mai, avec un protocole très précis, pas plus de quelques personnes par m2. En cas d'affluence il faudra donc patienter dehors. © FTV

Dans les rues commerçantes de Bourg-en-Bresse (Ain), une activité un peu oubliée depuis quelques mois reprend. Les camions de livraisons et leurs cartons circulent à nouveau, non plus chez les particuliers mais vers les magasins: les commerçants préparent leur réouverture mercredi 19 mai.

"La vie revient"

Dans la rue Victor Basch, un magasin de vêtements chics se met sur son 31 pour ce jour essentiel. Stéphanie Jallet, responsable du magasin "Bérénice", habille ses mannequins en attendant d'habiller ses clientes. Tous les cartons ne sont pas encore déballés mais ils sont là, et les acheteurs reviendront c'est sûr : "On aime bien voir nos clientes, et en confinement on les voit beaucoup moins, sinon très peu. Donc voir du monde, et leur montrer la collection que la plupart n’ont pas encore découvert, ça va être très sympa. La vie revient. On est des êtres sociables, et on ne peut pas vivre sans les autres."

"Les gens seront là et heureux"

Camille Desforges s'est lancé, elle, dans un énorme rangement, depuis tôt ce matin. Pour la gérante du concept store Saje, ce n'est pas évident de changer son fusil d'épaule en permanence. La boutique ne faisait que des livraisons : les clients vont à nouveau pouvoir passer la porte du magasin dès mercredi, comme celle de la cabine d'essayage. "C'est du boulot" explique Camille. "On laissait les choses à leurs places, sans les ranger, mais maintenant il y a du travail."

"On est restés actifs malgré tout, avec les livraisons, pour rester présent et visible. Un mois et demi de fermeture c'est déjà beaucoup, il ne faut pas que ce soit plus long. Sur les 3 confinements, les aides ont été différentes à chaque fois. Et ça ne compensera jamais le chiffre d'affaires", explique la jeune femme qui a ouvert sa boutique en 2019. Mais aujourd'hui un air d'optimisme se fait entendre : "On a hâte. On sait que les clients seront là. Nos clientes fidèles seront présentes, au-moins pour dire bonjour ou passer faire un petit coucou. Il faut qu'on démarre cette semaine avec de la convivialité, de la gaieté. Même si il pleut, les gens seront là et heureux."

Préparatifs dans les commerces de vêtements

Quel protocole sanitaire pour la réouverture des commerces ?

Le 19 mai tous les commerces et les centres commerciaux pourront rouvrir leurs portes. Les restaurants et bars pourront servir à table mais en terrasse uniquement, avec un  nombre limité de places à 50%, et pas plus de six personnes à table. Le couvre-feu sera décalé à 21 heures. Les salles de sport et enceintes sportives pourront rouvrir avec des jauges limitées, comme les cinémas et salles de spectacle.

Les magasins de jouets sont aussi dans les starting-blocks

Les 10 magasins de la marque King-Jouet en Auvergne Rhône-Alpes se préparent à rouvrir leurs rideaux. Selon un communiqué diffusé aux médias, l’enseigne à tête de lion résiste mais les ventes à distance réalisées sur son site internet "n’ont pas réussi à combler la globalité des ventes perdues en magasins." Comme l’explique Philippe Gueydon, Directeur Général de King Jouet et Co-Président de la FCJPE (Fédération des commerces spécialistes de jouets et produits de l’enfant), "chaque semaine de fermeture de nos points de vente nous occasionne un préjudice de perte avoisinant 70% de notre chiffre d’affaires, qui met en péril notre entreprise et ses emplois. Côté approvisionnements, nous avons accéléré les flux de marchandises depuis notre entrepôt logistique vers les magasins de la
région. Plus globalement, nous ne comprenons pas que notre activité soit considérée comme non essentielle. Depuis presque un an maintenant, nous demandons au gouvernement de classer le commerce des jeux et jouets parmi les produits de première nécessité
."

Après 6 mois de restrictions et un hiver dominé par un Covid meurtrier, la France renoue cette semaine avec une partie de ses loisirs, aidée par le ralentissement de l'épidémie. La réouverture s'opère sur fond de recul net de l'épidémie au niveau national, avec un taux d'incidence qui a chuté à 142 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur sept jours, quand il culminait à plus de 400 début avril. Conséquence, la décrue se poursuit encore à l'hôpital, où le nombre de malades du Covid-19 atteint moins de 23.000 ce lundi, au plus bas depuis fin octobre. Parmi eux, quelque 4.250 patients atteints par le Covid étaient soignés dans les services de réanimation, un niveau en baisse constante.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 société déconfinement polémique consommation économie