Municipales : « Regards de femmes » forme les futures candidates de l’Ain

"Il est nullement question de faire gouverner la société par les femmes, mais bien de savoir si elle ne serait pas mieux gouvernée par les hommes et par les femmes". Cette phrase du philosophe John Stuart-Mill est le mantra de l’association Regards de femmes. / © Franck Grassaud
"Il est nullement question de faire gouverner la société par les femmes, mais bien de savoir si elle ne serait pas mieux gouvernée par les hommes et par les femmes". Cette phrase du philosophe John Stuart-Mill est le mantra de l’association Regards de femmes. / © Franck Grassaud

A quatre mois des élections municipales, les listes en formation manquent de candidatures féminines. Pour y remédier, l’association Regards de femmes a organisé un atelier, samedi 30 novembre, à Courmangoux (Ain) auprès d’une vingtaine de femmes souhaitant faire leur entrée en politique.

Par Maryne Zammit

Elles sont venues des quatre coins du département de l’Ain. Une vingtaine de femmes, âgées de 30 à 70ans, ont poussé les portes de la petite mairie de Courmangoux, au pied du Revermont, ce samedi 30 novembre.

Elles sont arrivées avec une envie. Celle d’entrer dans le monde très masculin de la politique. Elles espèrent en repartir avec une réponse à leur interrogation : "En suis-je bien légitime ?".
 

Travailler la confiance en soi

La légitimité, c’est justement le leitmotiv de cette formation prodiguée ce matin-là par l’association Regards de femmes. Une session de quatre heures est proposée, durant laquelle des consultantes lèvent peu à peu les barrières psychologiques à leur engagement. Car, les compétences, elles les ont déjà.

"Il y a toujours ces questions, énumère Cathy Bonnard, psychologue intervenante, j’ai envie mais j’ai peur, qu’est-ce qu’on va penser de moi ? Est-ce que je vais avoir le temps ? Et mes enfants dans tout ça ? Est-ce que j’en serai capable ? Etc. C’est vrai que les femmes se posent ce type de questions. Un peu moins les hommes, sans être sexiste. Mais, c’est pour cela qu’il y avait cette dynamique d’accompagnement : le « Pourquoi pas moi »."
 

Acquérir du leadership

Il y a autour de la table, des femmes qui feront le grand saut en 2020, d’autres qui sont déjà maire ou conseillère municipale de leur commune. Un temps d’échanges et des retours d’expériences très précieux pour se persuader que l’on est capable de défendre ses positions et de prendre la parole en public en toutes circonstances. Comme les hommes.

"Je trouve que les femmes ont plus de difficulté pour s’investir parce que les schémas traditionnels restent très persistants ", estime l’une d’entre elles. Une opinion que partage Mireille Mornay, maire (SE) de Courmangoux depuis deux mandats : "Pendant les réunions de chantier, pour tout ce qui est technique ou pratique, s’il y a un homme à côté de moi, un adjoint, c’est à l’adjoint qu’on s’adresse, plutôt qu’à moi", regrette-t-elle.

Aux femmes politiques, elle conseille donc de redoubler d’efforts pour être crédible. "C’est pour cela qu’il faut toujours travailler, il faut tout savoir. On vient aux réunions en connaissant son dossier", martèle-t-elle.  
 

Vers la parité en politique ?

En 2014, la loi sur la parité a généré un bond dans la féminisation des conseils municipaux. Au total, 40% des conseillers sont des conseillères. C’est encore insuffisant pour Michèle Vianès, présidente de Regards de femmes : "Je serai satisfaite quand aucune femme ne se dira: « Est-ce que c’est ma place ? Est-ce que j’ai raison d’être candidate ? Est-ce que je ferais pas mieux de faire autre chose ? ». C’est là, tout notre objectif : la parité. 50-50."

Gratuite et ouverte à toute électrice souhaitant s’engager politiquement, cette matinée de formation s’inscrit dans le cadre de la campagne "Femme élue pourquoi pas vous ?" lancée par l’association. Parmi ses soutiens : la Délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité, le Conseil départemental, l’Association des maires et celle des maires ruraux du département.
"Les électeurs et électrices sont beaucoup plus prêts et prêtes à voter pour des femmes, que les femmes à être candidates, analyse Michèle Vianès. Donc il va falloir qu’on fasse un équilibre là-dessus."

Dans le département, les prochaines rencontres auront lieu le samedi 7 décembre 2019 à Ferney-Voltaire et le samedi 18 janvier 2020 à Civrieux-en-Dombes.
Municipales : la formation des femmes

 

Sur le même sujet

Les + Lus