Poissons. Pour les carpes, la Dombes teste la voie bio

Entre Lyon et Bourg-en-Bresse, la Dombes s'accroche à ses étangs. Les sécheresses successives mènent la vie dure aux pisciculteurs mais ils veulent s'inventer un avenir, qui passera peut-être par la carpe bio.  
Quelques carpes de la Dombes.
Quelques carpes de la Dombes. © Franck Grassaud
Ce lundi 30 novembre avait quelque chose d'historique en Dombes. Une pêche organisée à Rignieux-le-Franc a permis de collecter les premières carpes bio ! De quoi donner le sourire au propriétaire de l'étang. Bernard Masurel a investi quelques années dans ce projet. Pourtant, lorsqu'on se balade dans le secteur, on imagine que tout est ici très naturel, que le bio coule de source. Pas tout à fait.

On attribue aux moines du Moyen-Age la création de ce réseau hydraulique, ces chaînes d'étangs qui fonctionnent en cascade. On en vide un pour remplir l'autre, et au passage on récupère le poisson. 
 

Un étang bio, comment ça marche ?

Pour le dispositif bio, il a d'abord fallu choisir un étang placé en "tête de pont", autrement dit le premier d'une chaîne, moins soumis à d'éventuelles contaminations. "On devait éviter les entrants, les pesticides et autres engrais chimiques", explique Bernard Masurel. Ne l'oublions pas, les étangs de la Dombes sont cultivés une fois tous les 5 ans, c'est inscrit dans leur cycle de vie, comme la période d'assèchement. Tout cela permet d'éviter un trop plein d'alluvions et de renouveler l'alimentation des poissons. Comme compléments alimentaires, justement, les carpes ont eu droit à des céréales bio.

Trois ans se sont écoulés, et la pêche s'est révélée à la hauteur ce lundi matin. 300 kg à l'hectare. Les carpes passeront quelques jours en eau claire pour limiter la vase, avant leur transformation dans les ateliers du mareyeur Martial Cochet, à Marlieux. Dans l'entreprise "Homards Acadiens", on a nettoyé les espaces avant de lever les filets. Et pour cause, le bio impose un circuit clos, il ne faut surtout pas que la carpe entre en contact avec un autre produit d'eau douce ou d'eau de mer. 

La chair sera ensuite utilisée par un autre transformateur. A Saint-André-de-Corcy, le Fumet des Dombes offre désormais une gamme complète de produits à base de carpe. Le bio est un atout supplémentaire.

"J'espère que les consom'acteurs vont répondre, j'aime bien ce nom de 'consom'acteurs', ce sont des consommateurs qui jouent un rôle, s'ils achètent ils vont inciter d'autres producteurs à se convertir au bio", avoue Bernard Masurel.    
 
durée de la vidéo: 01 min 52
La carpe "bio" des Dombes


 
 



 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture agriculture économie