Suppression de TGV Lyria : le maire de Bourg-en-Bresse monte au créneau

Les usagers de la ligne Paris-Genève sont inquiets. Dès le 28 septembre, le nombre de TGV Lyria sera divisé par deux en raison d'une chute de la fréquentation. Sur cette ligne, il y a aussi des villes comme Bourg-en-Bresse ou Valserhône qui comptent sur la desserte pour monter à la capitale.

© France 3

"Est-ce que vous trouvez normal que le premier train de la journée arrive à presque midi à Paris ? A qui ça peut convenir ?", s'emporte Jean-François Debat en évoquant les nouveaux horaires des TGV Lyria. Le maire PS de Bourg-en-Bresse n'a été averti que très récemment de la diminution brutale du nombre de trains directs en direction de la capitale.     

Depuis fin 2019, la desserte TGV de la ville de Bourg-en-Bresse est assurée intégralement par Lyria, -filiale
franco-suisse de la SNCF et des CFF-, via le Paris-Genève. Paris est ainsi à 1h50, 8 fois par jour. 

A compter du lundi 28 septembre, le service sera dégradé "dans des conditions inacceptables" selon l'élu.
 

"La Suisse a durci les conditions d'entrée sur son territoire, privant Lyria d'une part importante de ses clients. L'entreprise a donc décidé de réduire à 4 allers/retours avec des horaires peu appropriés. Ceci n'est pas acceptable: Bourg en Bresse et les 250.000 habitants qui y prennent le train ne peuvent pas être une variable d'ajustement et dépendre de la seule destination suisse."

Jean-François Debat


Maire et président de l'agglomération burgienne, Jean-François Debat a donc interpellé le président de la SNCF pour lui demander que les TGV Paris/Annecy, -qui passent à Bourg-en-Bresse-, s'y arrêtent de nouveau afin d'assurer la liaison perdue. 

Reportage Franck Grassaud et Maryne Zammit
durée de la vidéo: 02 min 02
Bourg-en-Bresse : la réduction des TGV Lyria

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie