Allier : des cinémas choisissent d’abandonner le pass sanitaire pour des séances

La fréquentation des cinémas a baissé de moitié depuis que le pass sanitaire a été mis en place le 21 juillet. Pour contrer cette baisse, les cinémas de l’Allier appliquent différentes stratégies notamment celle d'abandonner le pass sanitaire pour faire des séances limitées à 49 personnes.
Dans ce cinéma de Moulins, la direction a choisi de ne pas appliquer le pass sanitaire le matin.
Dans ce cinéma de Moulins, la direction a choisi de ne pas appliquer le pass sanitaire le matin. © Stéphanie Vinot / FTV

A Moulins, depuis ce mercredi 28 juillet, on rentre sans montrer son pass sanitaire. A la place, les séances sont limitées à 49 personnes par film au CGR Cap cinéma. Une cliente affirme : « Pour moi, c’était plus simple ce matin, parce que je suis entre deux doses de vaccination ». Une autre ajoute : « C’est vrai que s’il y a trop de monde et qu’on ne peut pas rentrer au niveau de la jauge, on fera demi-tour. Mais cela ne nous empêche pas de venir au cinéma ».

Une chute de la fréquentation

Un abandon du passe sanitaire a été retenu pour contrer la baisse de fréquentation. En une semaine, elle a chuté de 50 %. Charlène Bertrand, directrice du cinéma CGR, explique : « On s’est rendu compte qu’il y avait pas mal de personnes qui n’étaient pas forcément réfractaires au vaccin mais qui n’avaient pas eu le temps de se faire vacciner. Il y a eu une bousculade après les annonces du président. On est en plus en période de vacances scolaires donc des petits-enfants viennent chez leurs grands-parents ou la famille. Les gens n’avaient pas eu le temps de se faire vacciner ».

Une autre stratégie

A Vichy, on a choisi une option un peu plus complexe : il y a à la fois des séances où le passe est obligatoire et d'autres où c'est la jauge qui est limitée dans le cinéma Etoile palace. Un client indique : « Ce n’est pas tellement compliqué mais on ne sait plus ce qu’il faut faire. Un jour c’est blanc et le lendemain c’est noir. C’est difficile quand même ». Ce cinéma de Vichy applique cette formule pour satisfaire tous les publics  et surtout maintenir la meilleure fréquentation possible. Ici aussi les entrées ont diminué de moitié. Jules Amossé, directeur du cinéma, souligne : « En termes économiques, forcément c’est plus compliqué car on n’est pas ouverts à 100 % en capacité de salle. Maintenant, si les gens arrivent à revenir au cinéma comme ça, il vaut mieux faire 49 entrées fois 3 dans la journée plutôt que 12 fois 3 ». Certains directeurs de cinémas sont déçus. Des films très attendus sont en train de sortir, la promesse d'une forte affluence, qui finalement n'aura pas lieu.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture vaccins - covid-19 santé société