Allier : Lucie, le fantôme du château de Veauce, ne répond plus

Depuis le XVIe siècle, le fantôme Lucie hante le château de Veauce dans l’Allier. Du moins, c’est ce qu’ont rapporté de nombreux témoins dont une équipe de France Inter en 1984. Mais cela fait vingt ans que cette dame blanche ne donne plus beaucoup de nouvelles.

Selon la légende, le château de Veauce est hanté depuis le XVIe siècle
Selon la légende, le château de Veauce est hanté depuis le XVIe siècle © Google street view

« Vous voulez encore parler de Lucie ?  Mais il y a tellement d’autres choses à raconter sur le château de Veauce qui a près de 1300 ans d’histoire ! ». Alice-Marie Florit se prête malgré tout au jeu de l’interview téléphonique. Elle est présidente de Calligramme, l’association en charge de la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation de cette forteresse médiévale bourbonnaise. Il faut dire que le château en a vu passer des caméras, des micros, des journalistes ! Tous plus motivés les uns que les autres pour percer le mystère de cette belle Lucie.

Elle est décédée au XVIe siècle dans des conditions atroces. Elle a été victime de la jalousie de la femme de son amant, le seigneur des lieux. Elle est morte de faim et de mauvais traitements, enfermée dans une tour. Son fantôme reviendrait désormais le soir vers minuit hanter les couloirs du château. Sa gloire médiatique, elle l’a surtout connue dans les années quatre-vingt. En août 1984, une équipe de France Inter installe des micros et des caméras. Elle expérimente des phénomènes étranges sur le chemin de ronde. Un technicien enregistre un son impossible à identifier.  « Je n’avais jamais entendu un bruit comme ça », confiera-t-il dans un documentaire de l’émission Mystères diffusée sur TF1 en juillet 1992, comme vous pouvez l'entendre ici:

Des apparitions lumineuses terrifient toute l’équipe. « C’était une forme nébuleuse éclairée de l’intérieur qui apparaissait par flash »,  témoigne un autre ingénieur du son de France Inter. Un médium était présent, il a réussi à la prendre en photo, comme le montre ce reportage d'Antenne 2 de 1985:

 

 

Trente ans plus tard, dans un article du 30 octobre 2012 de La Montagne, Jean-Yves Cagha, le journaliste qui avait mené l’enquête pour France Inter en 1984, tempère le surnaturel : « Le bruit qu'a entendu l'ingénieur du son pourrait correspondre à une décharge du condensateur qui peut se produire dans des endroits humides comme ce château. » Et pour la lumière, c’est la présence forte d’un gaz radioactif, le radon, qui pourrait en être à l’origine. 

Depuis 2002, il n'y a rien

Aujourd’hui en 2020, Alice-Marie Florit, la présidente de Calligramme, est formelle: le fantôme de Lucie, elle ne l’a jamais vu. En fait, la jeune fille n’apparaît plus depuis que l’ancien propriétaire du château, le baron Ephraïm Tagori de la Tour, est décédé. « Le phénomène n’est pas né avec le baron, il y a eu des textes qui ont fait état de ces apparitions. Mais depuis le rachat du château en 2002 par la nouvelle propriétaire, il n’y a rien. » 

Christophe Godignon rêve d’enquêter sur le fantôme de Veauce. Il est à la tête de l’association Enquête Recherche Paranormal 03. Il passe des nuits entières dans des lieux anciens de l'Allier pour capter à l’aide d’appareils des traces tangibles non pas de fantômes mais d’entités, comme il préfère dire. A Veauce, il n’a jamais eu l’autorisation d’installer ses caméras infrarouges et ses détecteurs de champs électromagnétiques. Mais il est très prudent sur Lucie: « A l’époque il est possible que le baron ait voulu se faire un bon coup de pub », soupçonne-t-il. Le château était équipé d’un système d’éclairages pour les visites de nuit. « Il se peut qu’il ait fait des effets spéciaux.» 

Aux abonnés absents

Des chasseurs de fantômes, le château en a beaucoup reçus. Des personnes qui s’introduisaient dans le parc les soirs de pleine lune. L’association Calligramme y a mis fin en sécurisant le domaine. Une équipe clermontoise d’enquêteurs en paranormal -c’est le nom qu’ils se donnent-  a bien eu l’autorisation d’investiguer au château. De nuit, ils ont tenté en octobre 2019 d’entrer en contact avec Lucie ou d’enregistrer toute anomalie visuelle ou sonore. "C'était relativement timide au niveau des contacts", témoigne Natacha Cardillo, l'un des deux membres de Rencontres paranormales. "Pour moi qui ai beaucoup de ressentis dans ce domaine, il y avait bien une présence mais nous n'avons pas de preuve que c'était Lucie."  Ces enquêteurs ont l'intention de retourner un jour au château avec du matériel plus perfectionné. En attendant, Lucie reste aux abonnés absents. Mais samedi 27 juin 2020 prochain, le château de Veauce rouvrira ses portes au public après quatre ans de fermeture. Peut-être, alors, Lucie choisira-t-elle de renouer avec le monde des vivants. Qui sait ?

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire insolite
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter