Alzheimer : comment accompagner les aidants grâce à des ateliers organisés dans l’Allier

Publié le
Écrit par Aurélie Albert .

Lorsque la maladie survient dans une famille, c’est un bouleversement. L’association dans l’Allier a donc décidé d’organiser des formations pour les aidants. Adopter les bons gestes, les bons comportements et avoir les bons mots, des petits détails qui peuvent faciliter la vie des aidants.

La maladie d’Alzheimer touche plus d’un million de personnes en France, c’est sans compter les aidants. C’est pourquoi l’association France Alzheimer Allier a décidé de mettre en place des formations pour les aidants.

Il ne faut jamais rester seul face à la maladie

Jean-Claude Chabassier, président de l’association France Alzheimer Allier

« Lorsque la maladie arrive dans une famille, c’est un cataclysme, commence Jean-Claude Chabassier, président de l’association France Alzheimer Allier. Ma femme était atteinte de la maladie, elle a été diagnostiquée en 2010 et ça a été un bouleversement dans la famille. Pour les aidants, c’est un marathon qui commence et ça devient de plus en plus dur. La mémoire va se détériorer, la personne malade va répéter 10 fois la même chose pendant un temps réduit ; ses gestes de la vie quotidienne vont changer ; il y aura des troubles du comportement (fugue et déambulation). Ce qu’on dit aux gens c'est qu'il ne faut jamais rester seul face à la maladie ».

Des conseils pour l'accompagnement au quotidien

Les formations sont organisées sur 3 heures et pendant 5 après-midi avec une psychologue et un bénévole, aidant ou qui a été aidant. Plusieurs modules sont organisés pendant la formation. Le premier module va permettre de connaître les maladies et les différents symptômes. « Ensuite, on va évoquer l’accompagnement au quotidien les actes de tous les jours. On dit aux aidants qu’il ne faut jamais poser de questions ouvertes. Comme par exemple "qu’est-ce que tu veux manger ce midi ?". Il faut toujours regarder le malade dans les yeux quand on lui parle. Plus le malade va être fermé, plus l’aidant devra être accueillant. C’est difficile. Il faut essayer de rentrer dans son monde, mais on ne sait pas comment son monde fonctionne. Il faut trouver des solutions ». Dans la suite de la formation, l’association apprend à être l’aidant familial. « On modifie les rôles dans la famille. La vie d’avant s’arrête : tout ce que vous faisiez avant ce n’est plus possible. Il faut trouver d’autres solutions. On évoque aussi les aides possibles : humaines, techniques, financières et juridiques. On peut préparer aussi l’entrée en EHPAD. Il faut savoir qu’il y a 1,2 million de malades, et 30 % des aidants qui disparaissent avant le malade ».

Le malade est dans une prison. Le risque aussi est que l’aidant tombe dans cette prison.

Jean-Claude Chabassier, président de l’association France Alzheimer Allier

Une formation essentielle pour les aidants et les malades. « Le malade est dans son propre monde, il a ses propres réactions. Même s'il est le même physiquement pendant des années et qu'on a l’impression qu’il est toujours le même mais dans la vie quotidienne c’est plus compliqué. Le malade est dans une prison. Le risque aussi est que l’aidant tombe dans cette prison, dans cette bulle. Cette formation va permettre de sortir de cette prison, de mettre en place des comportements, des petits détails ».

D’autres formations sont prévues pour l’année 2023. Différents ateliers sont proposés : de la  sophrologie, de l'art thérapie, des ateliers mémoires remédiation cognitive. Des séjours de vacances de France Alzheimer sont également organisés sur une dizaine de jours.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité